3 décembre 2020

Julien Wolga ou le dessin de ses prochains et l’humour des possibles, mais pas seulement

Alors, comme ça Julien Wolga s’est exposé nu sous une cloche à fromage lors d’un soi-disant salon du naturisme les 17 et 18 mai 2008 à Heliomonde (région parisienne). En fait j’ai tout vu. Durant ces deux jours, j’ai eu l’occasion de zieuter le zigue. Tu parles, j’étais assise juste en face de lui à vanter la daube des bouquins du Bartos. Alors ! Ce type est un flic des renseignements généreux déguisé en pilosité débordante du cadre admis. N’empêche, la barbe et les cheveux, il n’est pas réglo. Même Mickey le Mousse n’en voudrait pas dans son cheptel boviné pour amuser la galerie de son troupeau. Alors, il pousse ! Nada les vampires. Pour trousser la carotide, c’est encore pire.

La tarte aux poils rhésus négatif, ce n’est pas leur plat de résistance favori. Bon sang de bon sang, ce gag a de la gueule. Est-ce suffisant pour que je lui accorde la parole ? Je me tâte la pastèque et l’hypothèque des hypothèses. Je dois me rendre à l’évidence, il a du répondant malgré son jeune âge et il est à la page pour croquer à belles dents dans mes questions, histoire de savoir quels papous se dessinent sous sa crinière.

La Singette : Alors comme ça, tu dessines. Je voulais savoir si tu étais né avec un regard scrutateur mal placé entre les dents ou si c’est à force de souffrir de caries, que tu as jeté ton dévolu sur les mines jouasses en figures de papier ?

Julien Wolga : … La vache ! Elles sont costaudes, tes questions… j’ai pas encore le cerveau assez souple… bon… Ma naissance, je ne me souviens pas trop, j’étais trop petit, et non, mes dents ont toujours été à peu près potables, même si j’ai eu droit à quelques années d’orthodontie intensive… et puis j’ai déjà essayé de dessiner un crayon entre les dents… c’est pas trop mon truc… donc je ne crois pas que le problème vienne de là…

La Singette : Quel a été le déclic de ton art ? Tu sors de quelle formation ou déformation à dessein ? Quelle est ta technique préférée ?

Julien Wolga : La formation, c’est l’excellente École Émile COHL, à Lyon, où j’ai fait mes quatre ans, et où je suis même arrivé à obtenir un diplôme, et la déformation, c’est les quelques traumatismes crâniens survenus quelques années plus tôt, et qui doivent expliquer beaucoup de choses… Je ne suis pas certain qu’il y ai eu de déclic, en tout cas, j’adore dessiner à l’encre de chine avec une plume, et jouer avec l’aquarelle pour les couleurs…

La Singette : Tu peux nous citer selon toi les grands noms de la caricature et me dire ce qu’ils évoquent pour toi ?

Julien Wolga : … Oulà, y’en a un tas ! Je vais plutôt citer ceux qui m’ont le plus marqué : Pour commencer, il y a Franquin, tu va me dire qu’il était dessinateur de BD, mais c’est ce qui faisait son talent : il caricaturait même les objets ! (j’ai grandi avec le recueil du Trombone illustré, je crois que ça à marqué mon inconscient pour la vie)… partageant le même avis, il y a ensuite Jean MULATIER, qui a été mon prof de caricature à COHL, et qui m’a beaucoup encouragé…

La Singette : Actuellement la caricature joue-t-elle toujours un rôle subversif ou représente-t-elle une soupape pour épater la galerie des médias ? A propos de médias justement, quels tentacules tissent sur la toile les jeunes artistes dans ton style ?

Julien Wolga : Euh… un rôle subversif, certainement, une soupape, pourquoi pas, pour épater la galerie, je ne crois pas… la caricature (de presse, celle dont on parle après, c’est autre chose) est une façon de dire les choses… Tu parles d’internet ensuite ? Je l’utilise comme un book en espérant secrètement que le bouche à oreille le fera connaître, ce qui est déjà le cas dans le monde naturiste… mais je pense que la place d’une caricature, où d’un autre dessin de presse reste sur un papier recyclé, à côté d’un article…

La Singette : Y’a un phénomène bizarre qu’il faut que tu m’expliques. Des tas de gens sont venus durant une fin de semaine récente au salon du naturisme se prosterner à tes pieds. Après les courbettes poilantes de circonstance, tu as recraché leurs portraits améliorés. Seulement, pourquoi souriais-tu toujours lorsque tu exagérais à peine l’épure d’un visage angélique ?

Julien Wolga : Tu parles des enfants ? C’est bizarre que j’ai souris à ce moment là, vu que les enfants, c’est ‘achement dur à caricaturer, ils sont tout beaux tout lisses, c’est embêtant ! Et puis personne ne s’est prosterné à mes pieds : y’en a même qui m’ont donné des sous, c’est pour dire ! Dans l’ensemble, c’était très sympa de discuter avec les gens pendant que je les enflais, et en plus, la plupart se sont bien marrés, donc il y avait de quoi sourire, c’était un agréable week-end que ce week-end-là !

La Singette : Bon, à la fin, j’aimerai comprendre : tu es nudiste ou naturiste et c’est quoi la différence ?

Julien Wolga : … La question qui tue ! Si on réfléchit à toutes les raisons physiologiques, psychologiques, sociales, environnementales, culturelles, spirituelles et éthiques que comporte ma démarche, je crois que je suis plus proche du mot naturisme… mais ce que je trouve dommage, c’est que les mots sont souvent utilisés pour dénigrer les autres : mes copains m’appellent le nudiste, ça ne me dérange pas…

La Singette : Qu’est-ce que t’apporte au niveau de ta création, le fait de te vivre le plus possible en homme libre nu et sous quelles autres latitudes des visions du monde ?

Julien Wolga : … L’un n’apporte pas à l’autre, c’est plutôt une même recherche qui s’exprime de plusieurs façons différentes… remarque, si, il y a bien un truc : on en apprend beaucoup en anatomie !

La Singette : Wolga, Wolga, plaine ma plaine, j’ai cherché sur mon vroum vroum moteur de recherche à explosion des indices te concernant. J’ai au moins trouvé quatre pages. C’est bath ! Tu peux m’expliquer un peu ton « ça » à toi et ton grand tout de Julien Wolga ?

Julien Wolga : Que suis-je ? LA grande question métaphysique qui ne me quitte pas ! Je crois que c’est ça, mon ça… alors du coup, oui, mon nom apparaît sur des sites sur le développement durable, de dessin bien-sûr, de plus en plus sur des sites naturistes… ma façon à moi de prendre le contrôle de la planète, petit à petit…

… Quatre pages ! la vache !

La Singette : Quelle est ton actualité et quels sont tes projets ?

Julien Wolga : Mon actualité, ben je prépare plein de trucs amusants, dont l’écriture d’un scénario, des illustrations pour la FFN, et pour les projets, c’est pareil, avec des collaborations, et tout et tout (je garderai secret la nôtre, ne t’en fais pas !)… mais en attendant, je fais mes petits dessins pour moi, dans mon coin, en vue de les présenter à des pour faire du dessin de presse…

La Singette : C’est fantastique ce que je suis sympathique. C’est bien parce que ce que tu es jeune, beau et croquant. Existe-t-il encore des questions, pas seulement du registre du : mets ta physique et tes poils car il fait froid d’autant plus que tu n’as pas l’air frileux, que tu aimerais qu’on te pose. Tu peux même y répondre, pardi !

Julien Wolga : … Euh, non, mais je vais en profiter pour saluer mon papa, ma maman et le reste de ma famille…

La Singette : Bon, c’est pas tout. Avec toi ce sera une caricature dure dure du Franckos, grand format. Je l’accrocherai dans les gogues. Entre deux jets d’urine en goguette, je viserai ses mirettes avec les fléchettes et pas de ciboulette pour arranger sa tête de veau farci.

Julien Wolga : … Laisse, je vais passer le balai ! J’ai la fâcheuse tendance à semer des poils partout !

Pour en savoir plus :

http://julien-wolga.blogspot.com

Julien sur vivrenu c’est wicasa

http://csjeunes.free.fr

http://leblocnotesdimaginat.blogspot.com

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Site du portail naturiste francophone VivreNu.com   :  rencontres-naturistes.com   lenaturisme photos   PubNat   nudismlife.com   tousnus.fr   photos.naturistes   Revues Naturistes Vintage   World Naked Bike Ride WNBR Cyclonudistes   tv-naturiste  VivreNu TV  ovh 500go