24 juillet 2021

Preljocaj expose les corps nus aux troubles du ciel et de la terre

Vous devez être inscrit et identifié pour voir la suite de l'article.

Si ce message s'affiche et que vous
êtes déjà identifié c'est que certains articles sont réservés aux
"Membres Nouveaux" ayant posté au moins 5 messages de forum dont une
présentation
ici et un profil bien rempli avec photo de vous en avatar

Vous devez donc poster ce message de présentation et un message de forum
dans un sujet concernant une expérience ou un avis. Les mises à jour du
statut de "Membre Nouveau" ne sont pas instantanées et sont faites
toutes les heures.

 

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

PhilE
Member
PhilE (@phile)
5 décembre 2008 12h52

“de la musique de barbare, mais avec tout le confort moderne” Claude Debussy.

Le Sacre, parce que c’est explicitement noté dans le livret, donne souvent lieu à des chorégraphies où l’élue est nue.
Pendant longtemps, elle a été semi-nue (collant ultra-moulant), mais déjà il y a une trentaine d’année Béjart avait opté pour la nudité intégrale, et cette chorégraphie avait été donnée un peu partout.

Richard
Richard (@richard)
6 décembre 2008 8h29

Merci Gilles pour cet agréable moment,
En ce moment ou prochainement, y-a-t-il ce genre d’évènement en région parisienne?
Richard

JeanYves
JeanYves (@jeanyves)
6 décembre 2008 14h00

Il y a quelques années j’avais eu la chance d’assister, au Palais des Congrès à Paris, à une représentation du Sacre (ainsi que du Boléro de Ravel) dans la géniale chorégraphie de Béjart. Absolument magnifique. La seule chose regrettable c’est qu’ils dansaient sur un enregistrement, comme ici, d’ailleurs, me semble-t’il. En revanche je ne me souviens pas que “l’Élue” était nue dans la Danse sacrale, dans la version de Béjart… Mais c’est peut-être ma mémoire qui me joue des tours.
La version de Peljocaj est elle aussi très expressive et très belle (d’ailleurs j’avais déjà posté un petit sujet là-dessus il y a quelques semaines…).
Le contraste entre le corps nu de la danseuse et la puissance tellurique de la partition de Stravinsky est vraiment saisissant et en cela le chorégraphe a parfaitement respecté et mis en valeur les intentions du compositeur. Une jeune fille est élue pour un terrible sacrifice : danser jusqu’à la mort au milieu d’un cercle de sages afin d’invoquer le retour du Printemps.
Par ailleurs c’est une oeuvre géniale et spectaculaire qu’il est toujours très impressionnant d’écouter au concert… Je me souviens la première fois, c’était à Pleyel dans les années 70, dirigé par Michael Tilson-Thomas, je connaissais pourtant très bien la partition grâce au disque mais ce fut un énorme choc.
La célèbre phrase de Debussy que cite PhilE résume parfaitement la nature de la partition.
La sauvagerie de cette musique n’a d’égale que le raffinement et la virtuosité de son écriture.

PhilE
Member
PhilE (@phile)
6 décembre 2008 15h04

Dans la chorégraphie de Béjart, l’élue dansait dans une robe rouge, qu’elle tombait à la fin.

Il se peut que selon les lieux et publics où le spectacle a été donné, elle ait pu garder la robe.

J’ai vu la même chose avec Pina Bausch, danseurs nus au Théâtre de la Ville, et habillés dans une autre salle.

Site du portail naturiste francophone VivreNu.com   :  rencontres-naturistes.com   lenaturisme photos   PubNat   nudismlife.com   tousnus.fr   photos.naturistes   Revues Naturistes Vintage   World Naked Bike Ride WNBR Cyclonudistes   tv-naturiste  VivreNu TV  ovh 500go