16 janvier 2021
Le coronavirus aura...
 

Le coronavirus aura-t-il un impact pour les naturistes ?  

Page 82 / 87

jean-mi77
Messages: 2396
confirmé
(@jean-mi77)
Membre
Inscription: Il y a 9 ans
Répondre
timbuktu
Messages: 588
Membre assidu
(@timbuktu)
Membre
Inscription: Il y a 2 ans

Il faut frapper au porte-monnaie les "teuffeurs" et non pas brimer  le reste de la population qui respecte les consignes sanitaires.

Répondre
timbuktu
Messages: 588
Membre assidu
(@timbuktu)
Membre
Inscription: Il y a 2 ans

ça pourrait péter entre les restaurateurs et le gouvernement

https://twitter.com/BreakNewsFrance/status/1331343034513051649

Répondre
timbuktu
Messages: 588
Membre assidu
(@timbuktu)
Membre
Inscription: Il y a 2 ans

Pour la vaccination, il y a un sacré problème de logistique dont les radios ont parlé ce matin et qui empêche une vaccination de proximité.

Le vaccin de Pfizer doit être conservé et transporté sous une température inférieure à -70°.

Les syndicats de transporteurs routiers indiquent que le parc des véhicules frigorifiques est prévu pour une norme fixée à -22° seulement.

Certes, on peut transporter le vaccin dans des petits containers avec de la neige carbonique, mais en petite quantité et il serait exclu que les pharmacies puisent le stocker car leurs équipements ne sont pas adaptés.

 

Une étude du cabinet McKinsey pour le géant logistique DHL estime ainsi que 15’000 vols seront nécessaire en deux ans pour transporter 10 milliards de doses Mais plus la réfrigération est importante, moins un avion peut en transporter.

La solution viendrait de quelques hopitaux qui sont équipés en froid mais cela obligerait les gens à se déplacer pour venir s'y faire vacciner.

 

Répondre
jean-mi77
confirmé
(@jean-mi77)
Inscription: Il y a 9 ans

Membre
Messages: 2396
Posté par: @timbuktu

Pour la vaccination, il y a un sacré problème de logistique dont les radios ont parlé ce matin et qui empêche une vaccination de proximité.

Le vaccin de Pfizer doit être conservé et transporté sous une température inférieure à -70°.

Les syndicats de transporteurs routiers indiquent que le parc des véhicules frigorifiques est prévu pour une norme fixée à -22° seulement.

Certes, on peut transporter le vaccin dans des petits containers avec de la neige carbonique, mais en petite quantité et il serait exclu que les pharmacies puisent le stocker car leurs équipements ne sont pas adaptés.

 

Une étude du cabinet McKinsey pour le géant logistique DHL estime ainsi que 15’000 vols seront nécessaire en deux ans pour transporter 10 milliards de doses Mais plus la réfrigération est importante, moins un avion peut en transporter.

La solution viendrait de quelques hopitaux qui sont équipés en froid mais cela obligerait les gens à se déplacer pour venir s'y faire vacciner.

 

Pour Moderna c'est - 18. Pour un autre (j'ai oublié le nom), c'es entre zéro et 4 degrés.

Répondre
PhilE
Messages: 11470
confirmé
(@phile)
Membre
Inscription: Il y a 14 ans

Tous ça fait froid dans le dos.
(En japonais, on dit sakayodo).

Répondre
PhilE
Messages: 11470
confirmé
(@phile)
Membre
Inscription: Il y a 14 ans

La hauteur de la deuxième vague n'a rien à voir avec la hauteur de la première.
Si la première est les Alpes, la deuxième n'est pas les Vosges, mais le massif armoricain.
Si en France la première vague c'est les Alpes, la deuxième c'est les Pyrénées.
Et il y a d'autres pays assez épargné par la première vague, où la deuxième est 4 fois plus forte. Reprenons ma comparaison montagnarde: la première vague suisse, c'était le Jura suisse, leur seconde vague, c'est le Mont Rose (ils sont en ce moment le pays d'Europe où il y a le plus de cas et le plus de décès).

 

Répondre
timbuktu
Messages: 588
Membre assidu
(@timbuktu)
Membre
Inscription: Il y a 2 ans

Lettre de mise en garde du Pr Perronne à ceux qui voudront se précipiter vers le vaccin "miracle"

Lettre ouverte du professeur Christian Perronne.

 

Chers amis,

La France, qui vit un cauchemar depuis des mois, se réveille. Dans beaucoup de villes de notre beau pays, le peuple est en marche pour retrouver sa liberté, pour exiger le retour de la démocratie.

En tant que médecin, spécialiste des maladies infectieuses et ayant été président de nombreuses instances ou conseils de santé publique, y compris sur les vaccins, je mesure chaque jour les incertitudes générant la peur et le désarroi croissant de nos concitoyens. Je prends le risque d’être à nouveau qualifié de « complotiste » ou mieux de « rassuriste », termes désignant ceux qui critiquent ou challengent la pensée unique.

Je finis par être fier de ces appellations, mes propos exprimant la vérité n’ayant jamais changé depuis le début de l’épidémie. Je considère donc qu’il est de ma responsabilité de m’exprimer à nouveau ce jour sur l’ensemble du volet médical de la Covid-19 et en particulier sur le sujet vaccinal, désormais l’élément central et quasiment unique de la politique de santé de l’État.

Beaucoup de Français ont été hypnotisés par la politique de la peur. Depuis septembre 2020, on nous avait annoncé une deuxième vague terrible de l’épidémie, pire que la première.

Le ministre de la Santé, le Dr Olivier Véran, le président du Conseil scientifique de l’Élysée, le Pr Jean François Delfraissy, le directeur général de la Santé, le Pr Jérôme Salomon, l’institut Pasteur nous ont annoncé des chiffres catastrophiques avec une augmentation exponentielle du nombre de morts. Les hôpitaux devaient être saturés et débordés.
Même le président de la République, lors d’une allocution télévisée récente annonçant le reconfinement, nous a prédit pas moins de 400 000 morts, renchérissant sur les 200 000 morts estimés peu de temps auparavant par le Pr Arnaud Fontanet de Pasteur.
Ces chiffres irréalistes n’avaient qu’un but : entretenir la peur pour nous faire rester confinés, sagement masqués.

Pourtant l’usage généralisé des masques en population générale n’a aucun intérêt démontré scientifiquement pour enrayer l’épidémie de SARS-COV-2.
L’utilisation des masques devrait être ciblée pour les malades, leur entourage (surtout les personnes à risque) et les soignants au contact.

Or l’épidémie régresse et n’a entraîné aucune apocalypse. La dynamique de la courbe montrait depuis des semaines le profil d’un rebond épidémique saisonnier qui s’observe avec certains virus, une fois la vague épidémique terminée. Cela témoigne de l’adaptation du virus à l’homme et est aussi le reflet de l’immunité collective qui progresse dans la population et qui nous protège naturellement.

Les souches de virus qui circulent actuellement ont perdu de leur virulence. Les autorités ne pourront pas dire que c’est grâce au confinement car la tendance à la baisse avait commencé avant même sa mise en place.
La régression de l’épidémie avait même commencé, dans certaines agglomérations, avant l’instauration du couvre-feu. Malheureusement, il y a encore des décès qui surviennent chez des personnes très âgées, des grands obèses ou des personnes souffrant d’un diabète sévère, d’hypertension artérielle grave, de maladies cardiorespiratoires ou rénales déjà invalidantes.
Ces personnes à risque sont parfaitement identifiées. Les mesures sanitaires devraient donc être ciblées pour les protéger, les dépister et les traiter le plus tôt possible dès le début des symptômes par l’hydroxychloroquine et l’azithromycine, dont l’efficacité et l’innocuité sont largement confirmées, si on donne le traitement précocement.
Beaucoup de décès auraient pu être évités. Or on a dissuadé les médecins généralistes et les gériatres de traiter.

Dans ce contexte, continuer à persécuter nos enfants derrière des masques inutiles reste incompréhensible.
Toutes ces mesures sont faites pour que les Français réclament un vaccin. Or quel est l’intérêt d’un vaccin généralisé pour une maladie dont la mortalité est proche de 0,05 % ? Aucun. Cette vaccination de masse est inutile. De plus, les risques de la vaccination peuvent être plus importants que les bénéfices.

Le plus inquiétant est que de nombreux pays, dont la France, se disent prêts à vacciner dans les semaines qui viennent, alors que la mise au point et l’évaluation de ces produits ont été faites à la va-vite et qu’aucun résultat de l’efficacité ou de la dangerosité de ces vaccins n’a été publié à ce jour. Nous n’avons eu le droit qu’à des communiqués de presse des industriels fabricants, permettant de faire flamber leurs actions en bourse.

Le pire est que les premiers « vaccins » qu’on nous propose ne sont pas des vaccins, mais des produits de thérapie génique. On va injecter des acides nucléiques qui provoqueront la fabrication d’éléments du virus par nos propres cellules. On ne connait absolument pas les conséquences de cette injection, car c’est une première chez l’homme. Et si les cellules de certains « vaccinés » fabriquaient trop d’éléments viraux, entraînant des réactions incontrôlables dans notre corps ?
Les premières thérapies géniques seront à ARN, mais il existe des projets avec l’ADN. Normalement, dans nos cellules, le message se fait de l’ADN vers l’ARN, mais l’inverse est possible dans certaines circonstances, d’autant que nos cellules humaines contiennent depuis la nuit des temps des rétrovirus dits « endogènes », intégrés dans l’ADN de nos chromosomes.

Ces rétrovirus « domestiqués » qui nous habitent sont habituellement inoffensifs (contrairement au VIH, rétrovirus du sida par exemple), mais ils peuvent produire une enzyme, la transcriptase inverse, capable de transcrire à l’envers, de l’ARN vers l’ADN.
Ainsi un ARN étranger à notre corps et administré par injection pourrait coder pour de l’ADN, tout aussi étranger, qui peut alors s’intégrer dans nos chromosomes. Il existe donc un risque réel de transformer nos gènes définitivement. Il y a aussi la possibilité, par la modification des acides nucléiques de nos ovules ou spermatozoïdes, de transmettre ces modifications génétiques à nos enfants.

Les personnes qui font la promotion de ces thérapies géniques, faussement appelées « vaccins » sont des apprentis sorciers et prennent les Français, et plus généralement les citoyens du monde, pour des cobayes.
Nous ne voulons pas devenir, comme les tomates ou le maïs transgéniques des OGM (organismes génétiquement modifiés). Un responsable médical d’un des laboratoires pharmaceutiques fabricants a déclaré il y a quelques jours qu’il espérait un effet de protection individuelle, mais qu’il ne fallait pas trop espérer un impact sur la transmission du virus, donc sur la dynamique de l’épidémie.

C’est bien là un aveu déguisé qu’il ne s’agit pas d’un vaccin. Un comble.

Je suis d’autant plus horrifié que j’ai toujours été en faveur des vaccins et que j’ai présidé pendant des années des instances élaborant la politique vaccinale. Aujourd’hui, il faut dire stop à ce plan extrêmement inquiétant. Louis Pasteur doit se retourner dans sa tombe.
La science, l’éthique médicale et par-dessus tout le bon sens doivent reprendre le dessus.

Christian Perronne
Répondre
Denis
Messages: 5935
Moderator
(@denis)
Membre
Inscription: Il y a 8 ans

C'est un point de vue à prendre en compte, je n'ai aucune qualification pour juger de sa pertinence, Christian Peronne n'a pas l'air d'être un illuminé mais je suppose que les points qu'il soulève ont été évalués par les centaines ou les milliers d'études en cours. Jamais au cours de l'histoire il n'y a eu un tel déploiement d'énergie ou de moyens sur un vaccin, c'est aussi une chose qu'il faut avoir en tête.

 

Qu'un homme seul contre tous puisse avoir raison, c'est mathématiquement possible mais le principe du "rasoir d’Occam" (ou "principe d'économie", en science) incite à ne pas foncer tête baissée.

 

Tout ce que je peux objecter à ce stade, c'est que le traitement à base d'hydroxychloroquine a fait long feu, le défendre encore est un combat d'arrière-garde.

 

Répondre
bill88
Messages: 41
Membre Nouveau
(@bill88)
Membre
Inscription: Il y a 2 ans

L'humain OGM, c'est le progrès !
Surprised

Répondre
cendrinox
Messages: 5357
Membre assidu
(@cendrinox)
Membre
Inscription: Il y a 8 ans

Oh moi il me tarde qu'on enseigne à nouveau "l'esprit critique" à nos enfants, et aux adultes qu'ils le retrouvent. Enfin, ce n'est pas pour demain.

Je trouve terrible de ne plus pouvoir émettre une réflexion qui diverge d'une seule virgule des propos officiels sans être accusée de ... - on utilise trop ce mot stupide de 11 lettres pour que je le bêle aussi. Je trouve terrible de ne plus pouvoir citer quelqu'un sans préciser que cette personne a une liste de diplômes scientifiques longue comme le bras.

Les autres, les non scientifiques, ben on est en train de leur faire croire qu'ils n'ont pas les capacités intellectuelles de penser, de réfléchir, de critiquer. C'est un succès d'ailleurs. Bientôt les "non autorisés à penser" ne sauront bêler que ce qui est autorisé.

La langue de bois est l'officielle, ou presque. Les zécolos sont content puisqu'on ne sacrifie aucun arbre pour ça. Ce que nous sacrifions est bien pire.

Hors du "Magister dixit", point de pensée, juste des hérésies ... on est en 2020, le progrès fait rage.

Exhausted

Répondre
jean-mi77
Messages: 2396
confirmé
(@jean-mi77)
Membre
Inscription: Il y a 9 ans

Personne n'est interdit de penser. Mais invoquer "l'esprit critique" pour justifier sa méfiance à l'égard de tout ce qu'on catalogue comme discours officiel (avec un coup de griffe sur les "zécolos", je ne vois pas le rapport) est, en fait, l'esprit moutonnier à la suite de penseurs autoproclamés qui, eux, invoquent l'esprit critique pour raconter n'importe quoi. Foin du travail des médecins, des chercheurs, des études en double aveugle randomisées, des conclusions de congrès, de symposiums, etc. Non, on a l'esprit critique, n'est-ce pas ? et donc on met systématiquement en doute tout cristallisation de la vérité, qui ne peut s'effectuer que lentement.

 

Que les "esprits critiques" commencent par exercer leur esprit critique contre ceux qui invoquent l'esprit critique face à la "langue de bois officielle". En ne le faisant pas, ils laissent voir en fait qu'ils sont en recherche d'un maître à penser, d'un gourou qui, lui, sait, et que l'on suit sans déconstruire son discours. Ce n'est pas là faire preuve d'esprit critique, mais de religiosité. 

Répondre
Denis
Messages: 5935
Moderator
(@denis)
Membre
Inscription: Il y a 8 ans

Pour une fois, je suis tout à fait d'accord avec Jean-Mi...

Répondre
jean-mi77
confirmé
(@jean-mi77)
Inscription: Il y a 9 ans

Membre
Messages: 2396
Posté par: @denis

Pour une fois, je suis tout à fait d'accord avec Jean-Mi...

Champagne ! 

Répondre
Page 82 / 87
Partager :
Site du portail naturiste francophone VivreNu.com   :  rencontres-naturistes.com   lenaturisme photos   PubNat   nudismlife.com   tousnus.fr   photos.naturistes   Revues Naturistes Vintage   World Naked Bike Ride WNBR Cyclonudistes   tv-naturiste  VivreNu TV  ovh 500go