24 juillet 2024
visites nues de l'e...
 

visites nues de l'expo "paradis Naturistes" au Mucem de Marseille

42 Messages
11 Membres
21 Reactions
1,437 Vu
ericetmag13
Messages: 2811
VIP
Premier message du sujet
(@ericetmag13)
Membre
Inscription: Il y a 21 ans

4 dates pour visiter nu l’exposition

« paradis naturistes »

au MUCEM de Marseille :

 

16 Juillet 2024 de 17H à 20H

20 Aout 2024 de 17H à 20H

3 Septembre de 17H à 20H

 

11 Octobre de 19H à 21 H

 

Tarif 11 Euros/pers. Licenciés FFN : 7,5 Euros/Pers

INSCRIPTION : secrétaire.general.urn@gmail.com

80 places  par sessions

41 Réponses
gilles
Messages: 12570
Admin Parrainé
(@gilles)
Membre
Inscription: Il y a 21 ans

Des articles paraissent : https://www.jds.fr/marseille/expos/paradis-naturistes-500791_A

 

Paradis naturistes

  •  Du 03/07/2024 au 09/12/2024

     Mucem, 7 Promenade Robert Laffont | Marseille

Un nouvel engouement se manifeste depuis quelques années pour les pratiques de nudité dans la nature, engouement qui va de pair avec la recherche d’une alimentation saine, végétarienne, le recours aux thérapeutiques naturelles, à la méditation ou au yoga en plein air. Ces modes de vie, mais aussi le rejet des diktats qui pèsent sur nos corps, sont autant de clés de lectures contemporaines pour comprendre les enjeux des naturismes d’hier et d’aujourd’hui. La France est aujourd’hui la première destination touristique au monde pour les naturistes : son climat tempéré et la présence de trois mers ont facilité l’installation de véritables communautés, qui - excepté en Suisse – ont peu de véritables équivalents ailleurs en Europe, où le naturisme se pratique de manière plus libre, hors de communautés constituées. Mais d’autres raisons, historiques, culturelles, juridiques, expliquent la singularité et la longévité des communautés installées en France. Il était normal pour le Mucem, musée de société implanté à Marseille, cité méditerranéenne autour de laquelle plusieurs lieux naturistes importants se sont développés, de chercher à explorer ce phénomène de société singulier et fédérateur qu’est le naturisme, ou plutôt les naturismes, car ils sont pluriels.

© Pierre Audebert, Ile du Levant, 1935, coll. Éliane Schoeffert-Audebert © Archives Pierre Audebert

 

Alors, vivre nu en communauté pour communier avec la nature serait-il le secret du bonheur et de la santé ? Naturisme et nudisme, est-ce la même chose ? Pourquoi et comment la France est-elle devenue ce "paradis naturiste" ?

L’exposition "Paradis naturistes" se propose de partir à la découverte des tous premiers naturismes, allemands et suisses, puis français, de rentrer dans l’histoire des communautés naturistes pionnières, qui s’implantèrent en France et en Suisse dès les années 1920 mais aussi de découvrir comment se vit et se pratique le naturisme aujourd’hui.

Dans une scénographie solaire conçue par l’agence lyonnaise Trafik, l’exposition réunit 600 items : photographies, films, revues, objets quotidiens mais aussi peintures, dessins, livres, estampes et sculptures.

Ils sont issus des archives des communautés, de collections privées et publiques françaises et suisses, parmi lesquelles :

  • le Musée National d’Art Moderne MNAM/CCI Centre Pompidou,
  • le musée du Louvre,
  • la Bibliothèque Nationale de France,
  • le musée Bourdelle,
  • le musée des Beaux-Arts de Rennes,
  • le musée de l’Éphèbe et d’archéologie sous-marine d’Adge,
  • le musée des Beaux-Arts de Dole,
  • la cinémathèque de Paris,
  • l’INA,
  • les archives départementales des Yvelines,
  • les archives municipales d’Agde,
  • le syndicat d’administration d’Heliopolis - Île du Levant,
  • la Fondation Henri Cartier-Bresson,
  • la galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois,
  • la Bibliothèque Nationale Suisse à Bern,
  • le Bündner Kunstmuseum à Chur,
  • la cinémathèque de Bern,
  • la Fondazione Monte Verita à Ascona.

Commissariat :

  • Amélie Lavin, conservatrice en chef au Mucem, responsable du pôle Corps, apparences, sexualités.
  • Bernard Andrieu, philosophe, professeur au sein de l’Institut des Sciences du Sport et de la Santé de Paris, Université Paris Cité.
  • David Lorenté, ingénieur des systèmes et techniques audiovisuels et multimédia à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et doctorant, Université Paris Cité.
  • Jean-Pierre Blanc, directeur de la Villa Noailles.

Commissaires associés :

  • Julie Liger, directrice adjointe de la Villa Noailles.
  • Thomas Lequeu, associé à la direction artistique pour la Villa Noailles.

Scénographie : agence Trafik

 

Renseignements

Où :
 Mucem, 7 Promenade Robert Laffont13002 Marseille

Dates et horaires :

  • Tous les Mardis, du Mercredi 3 Juillet 2024 au Lundi 9 Décembre 2024

Tarifs :

NC

Répondre

Filmé en 2010 lors de la plus belle des wnbr de brighton en HD le film sort fin septembre 2022

gilles
Messages: 12570
Admin Parrainé
(@gilles)
Membre
Inscription: Il y a 21 ans

ou https://www.konbini.com/popculture/a-poil-ces-photos-racontent-lhistoire-du-naturisme-en-france-dans-une-chaude-exposition/

À poil : ces photos racontent l’histoire du naturisme en France dans une chaude exposition

© Louis Boilley/Fonds Louis Boilley/Karel Oliviero

Par Pauline Allione

Publié le 26/06/2024

Et la nudité n’est que la partie visible de l’iceberg.

Si votre idée du naturisme se résume au Cap d’Agde, il est l’heure de foncer au Mucem. Du 3 juillet au 9 décembre 2024, le musée marseillais fait le focus sur ce mode de vie réputé en France, puisque le pays est la première destination naturiste au monde. Avec près de 500 sites naturistes autorisés dans l’Hexagone dont plusieurs lieux importants sont établis dans le Sud, le Mucem revient sur ces“Paradis naturistes”– du nom de l’exposition – à grand renfort de documentations. L’exposition revient sur l’histoire du naturisme, sur les facteurs attractifs de l’Hexagone pour la vie nue et pose un regard contemporain sur ce mode de vie.

“Le naturisme, ce n’est pas seulement se ‘dévêtir’. C’est une véritable philosophie de vie, qui passe, entre autres, par la pratique de la nudité”, pose Viviane Tiar, la présidente de la Fédération française de naturisme. Souvent confondu avec le nudisme, le naturisme porte en lui des valeurs tournées vers la nature. La nudité n’est que la partie visible de l’iceberg : le naturisme s’ancre dans un mode de vie sain et respectueux de la nature, où la connexion avec la nature est source de bien-être.

Philosophie de vie et phénomène de société

“Le naturisme est un phénomène de société contemporain qui connaît depuis quelques années un vrai renouveau, notamment en France […]. Pour un musée de société comme le Mucem, il paraissait évident et nécessaire de se pencher sur ce fait de société et sur son histoire, d’autant que ce sujet est totalement inédit en France, où jamais aucune exposition n’a encore été organisée autour de ces questions”, détaille Amélie Lavin, co-commissaire de l’exposition. Au travers de photographies, de films, d’objets, de peintures, de sculptures ou encore de revues, “Paradis naturistes” revient sur les communautés pionnières en France, en Allemagne et Suisse dès les années 1920, jusqu’aux naturismes tels qu’ils se pratiquent aujourd’hui – puisque le naturisme se décline au pluriel.

 

 

Répondre
1 Réponse
Oulstol
Assidu
(@oulstol)
Inscription: Il y a 6 ans

Membre
Messages: 227

@gilles Cette photo est vraiment magnifique avec tout ce qu'elle représente.

Répondre
jfreeman
Messages: 4414
VIP
(@jfreeman)
Membre
Inscription: Il y a 19 ans

Et le "naturisme en liberté" dans tout ça ?

 

- 𝐴𝑣𝑒𝑐 𝑝𝑟𝑒̀𝑠 𝑑𝑒 500 𝑠𝑖𝑡𝑒𝑠 𝑛𝑎𝑡𝑢𝑟𝑖𝑠𝑡𝑒𝑠 𝗮𝘂𝘁𝗼𝗿𝗶𝘀𝗲́𝘀 𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑙’𝐻𝑒𝑥𝑎𝑔𝑜𝑛𝑒 𝑑𝑜𝑛𝑡 𝑝𝑙𝑢𝑠𝑖𝑒𝑢𝑟𝑠 𝑙𝑖𝑒𝑢𝑥 𝑖𝑚𝑝𝑜𝑟𝑡𝑎𝑛𝑡𝑠 𝑠𝑜𝑛𝑡 𝑒́𝑡𝑎𝑏𝑙𝑖𝑠 𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑙𝑒 𝑆𝑢𝑑, 𝑙𝑒 𝑀𝑢𝑐𝑒𝑚 𝑟𝑒𝑣𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑠𝑢𝑟 𝑐𝑒𝑠 “𝗣𝗮𝗿𝗮𝗱𝗶𝘀 𝗻𝗮𝘁𝘂𝗿𝗶𝘀𝘁𝗲𝘀” - Explication de texte : 500 sites naturistes 𝗮𝘂𝘁𝗼𝗿𝗶𝘀𝗲́𝘀 => nudité interdite en dehors des espaces naturistes autorisés, commerciaux (ou para commerciaux). “𝗣𝗮𝗿𝗮𝗱𝗶𝘀 𝗻𝗮𝘁𝘂𝗿𝗶𝘀𝘁𝗲𝘀” ? Ah, c'est vrai, le fait de payer pour redevenir nature doit probablement correspondre aux fameuses "indulgences" du moyen-âge sensées garantir l'accès au paradis. https://fr.vikidia.org/wiki/Indulgence_(religion)  

 

Répondre
3 Réponses
Assidu
(@europ-hom)
Inscription: Il y a 18 ans

Membre
Messages: 1659

Posté par: @jfreeman
Et le "naturisme en liberté" dans tout ça ?

Imaginons un pays où tout le monde, ou une large majorité, est nu sur les plages et dans les piscines publiques, et beaucoup dans les parcs, en randonnée ou dans la nature en général.

Et qui soit visité par plein de vacanciers qui font de même.

Ce pays serait-il qualifié de "première destination naturiste"? Il n'aurait évidemment aucune infrastructure qualifiée de "naturiste".

 

Répondre
Denis
Moderator
(@denis)
Inscription: Il y a 12 ans

Membre
Messages: 7767

@europ-hom En effet, mais il serait à tout le moins qualifié de "première destination nudiste" ! Smile  

 

 

Répondre
PhilE
Confirmé Parrainé
(@phile)
Inscription: Il y a 17 ans

Membre
Messages: 14618

@jfreeman le mot "autorisé" me convient, ça veut dire que c'est pleinement légal (face à ceux par exemple qui nous disent que ça devrait être seulement entre adultes ou seulement dans des lieux strictement clos (palissades).
Et que ça soit autorisé n'implique pas forcément que ça soit interdit ailleurs, ça peut être toléré.

Bon, faudra voir avec la majorité (ou l'absence de majorité) qui se dessine.
Entre ceux qui ne voudraient pas choquer certaines population et ceux qui font de l'oeil aux mous de la fesse, ou plutôt aux fous de la messe, il va y avoir du pain sur la planche!

Répondre

Vente de videos vivrenu-tv, WNBR randonues

gilles
Messages: 12570
Admin Parrainé
(@gilles)
Membre
Inscription: Il y a 21 ans

et aussi https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/marseille/paradis-naturistes-au-mucem-cinq-choses-a-savoir-sur-cette-exposition-pour-deconstruire-les-idees-recues-sur-le-vivre-nu-2994476.html

 

Laurence Brun, fête du PSU à Meudon, 1973.  © © Laurence Brun / Gamma-Rapho
 

"Paradis naturistes" au Mucem : cinq choses à savoir sur cette exposition pour "déconstruire les idées reçues" sur le vivre nu

Le musée des civilisations de Marseille se penche sur un thème peu exploré en France, le naturisme et son histoire, au cœur d'une exposition inédite "Paradis naturistes". C'est unique et à découvrir tout l'été au Mucem à partir du mercredi 3 juillet... jusqu'au 9 décembre 2024.

Première destination touristique au monde pour les adeptes du "vivre nu", la France est devenue un "paradis naturiste", sans équivalent en Europe. Dans cette nouvelle exposition à découvrir du 3 juillet au 9 décembre, le Mucem cherche à explorer ce phénomène singulier et fédérateur qu'est le naturisme. C'est la première exposition de cette ampleur organisée en France sur ce sujet de société et son histoire. "Paradis naturistes" réunit 600 photographies, films, peintures, estampes, sculptures et autres œuvres ou documents. France 3 Provence vous détaille cinq choses à voir et à savoir dans cette exposition.

C'est d'abord une pratique thérapeutique pour fortifier son corps

Jacques-Joseph Muller, dit Jacomo, "Leysin, air et soleil", vers 1930. Affiche (fac-similé d’après la lithographie originale). Bibliothèque nationale suisse, cabinet des Estampes, collection d’affiches, Berne. Avec l’aimable autorisation de Hadidi-Daho Lataouia.  © Fonds Jacques-Joseph Muller (Jacomo) ; Bibliothèque nationale suisse

"Ôter ses vêtements est un geste de libération, une utopie de retour à une vie plus essentielle, en symbiose avec la nature et le vivant", explique Amélie Lavin, co-commissaire de l'exposition. 

A l'origine le naturisme est une pratique thérapeutique, dont la nudité n'est qu'une des composantes destinées à fortifier le corps, comme les bains d'eau, l'air pur ou encore une alimentation végétale.

Les premiers naturistes étaient médecins et avaient en commun un rejet de la vie urbaine et de l'industrialisation foudroyante subie par l'Europe pendant le 19ᵉ siècle.

Dans les premiers cercles de naturistes qui se créent en Allemagne en Suisse puis en France, le végétarisme et l'hygiène sont des deux éléments essentiels, la nudité intégrale ne s'expérimente que peu à peu avant de s'installer dans une approche plus hédoniste, qui met la notion de liberté au cœur de la pratique naturiste. 

Le naturisme se construit en France dans l'entre-deux guerres

Club gymnique de France (CGF), vers 1930.  © Club gymnique de France

Les communautés représentées dans l'exposition ont vu le jour dans les années 20. En France, elles se construisent dans l'entre deux-guerres, "dans un pays où la nudité était marquée par la honte et la censure du corps nu",  pointe Amélie Lavin.  Pour cette raison, les premières communautés se cachent du regard des autres dans des châteaux privés ou sur des îles.

Les années 50, voit se développer un naturisme plus populaire, avec la création des Clubs du soleil, et la Fédération française de naturisme. Aujourd'hui, la France est devenue la première destination touristique au monde pour les naturistes.

"Marseille, capitale du naturisme" en 1930

Raphaël Chatelain, Nu dans les criques levantines, juin 2021.  © Raphaël Chatelain

Créée en 1930, "Les Naturistes de Provence" est une des premières associations naturistes de France, guidée par une orientation hygiéniste et thérapeutique, soutenue par l'action de deux docteurs, Poucel et Beltrami.

Avec l'autorisation de la municipalité, les naturistes marseillais trouvent refuge sur l'île de Ratonneau, où l'hôpital Caroline est inoccupé. La revue suisse Die neue Zeit leur consacre en numéro spécial dès 1930, sous le titre : "Marseille, capitale du naturisme". 

En 1947, un couple russe anarchiste, Aliocha et Génia Miesseroff aménage un centre naturiste privé, au Lapin Blanc, dans le quartier de la Vieille-Chapelle (8ᵉ arrondissement). Le centre déménage en 1959 à Gémenos, puis à la Bédoule, avant de fermer en 1990.

Le tourisme naturiste se développe au Cap d'Agde

Laurent Sola, série « Nudistes au Cap d’Agde », juin 1982.  © Laurent Sola / Gamma-Rapho

Au milieu des années 50, des viticulteurs du Cap d'Agde remarquent des touristes allemands qui plantent leurs tentes et se baignent nus. De là naît l'idée d'un campement familial, qui au fil des étés va gagner en confort et inspiré d'autres pionniers du naturisme sur ce littoral de Méditerranée. 

En quelques décennies, le Cap d'Agde va devenir un paradis pour les naturistes et pour les investisseurs. "L'arrivée d'une nouvelle communauté de libertins à la recherche d'un territoire de liberté sexuelle, leur offre une source de revenus locatifs rapides", note l'exposition du Mucem.

Des naturismes très différents selon les pays 

12. Louis Boilley, Centre Hélio-marin de Montalivet, 1965.  © Fonds Louis Boilley /Karel Oliviero

L'exposition s'attarde sur les différents "pères et mères fondateurs" du naturisme, qui ont forgé des "pratiques diverses plutôt qu'un naturisme uniforme et monolithique", souligne Amélie Lavin.

Tous Européens n'ont pas le même rapport à la nudité. En France, le délit d'atteinte à la pudeur n'existe plus depuis 1994, il a été remplacé par un "délit d'exhibition sexuelle imposée à la vue d'autrui". Le naturisme est autorisé, mais uniquement dans des lieux soumis à autorisation, comme les campings, ou les plages dédiées. 

Même chez soi, la nudité n'est "légale" que si l'on reste caché aux regards extérieurs.

Amélie Lavin, co-commissaire de l'exposition

 

La France se démarque toujours de ses voisins européens qui ont dépénalisé la nudité. Dans la loi française, la nudité reste forcément sexuelle et donc répréhensible partout où elle n'est pas explicitement autorisée", note encore Amélie Lavin. 

Ouverte à tous, y compris aux mineurs, l'exposition a pour objectif de "déconstruire les idées reçues et stéréotypes sur le naturisme qui est d'abord une philosophie de vie, une pratique familiale réunissant des gens de tous âges et de tous milieux, qui cherchent à vivre avec simplicité au contact de la nature", résume la conservatrice en chef du Mucem.

Répondre
ericetmag13
Messages: 2811
VIP
Premier message du sujet
(@ericetmag13)
Membre
Inscription: Il y a 21 ans

En revanche le directeur du MUCEM a ANNULE les festivites prevues Mardi jour d el inauguration..plus de reception, pas de presse presente.. a priori le monsieur est tres remonté suite à une greve du personnel du musée.

c'ets triste pour bernard et les autres qui ont bossé sur cette expo depsuis plus de 2 ans...

 

pas de prise de parole ni de discours officiel etc

 

MAIS l'equipe des comissaires sera la, et puis une bonne parti des "MARSEILLAIS " Bruno en tete Smile ( la famleuse mafia Marseillaise lol FDB si tou nous lis Ah AH AH )

 

je ferais surement un live sur le Fb de la FFN....

bises

Répondre
3 Réponses
timbuktu
Assidu
(@timbuktu)
Inscription: Il y a 5 ans

Membre
Messages: 2770

@ericetmag13 

le monsieur est tres remonté suite à une greve du personnel du musée.

Le bon déroulement de l'expo est menacé

https://maritima.fr/actualites/culture/marseille/1937/marseille-greve-des-agents-du-mucem-contre-le-directeur

Répondre
ericetmag13
VIP
(@ericetmag13)
Inscription: Il y a 21 ans

Membre
Messages: 2811

@timbuktu ben non car

Le musée ne sera en revanche pas fermé puisque le personnel d'accueil et de visite est un prestataire extérieur."

 

donc non l'expo aura bien lieu..inauguration demain à 16 H

Répondre
timbuktu
Assidu
(@timbuktu)
Inscription: Il y a 5 ans

Membre
Messages: 2770

@ericetmag13 

Je ferais surement un live sur le Fb de la FFN...

Quel jour , à quelle heure ?

Répondre

Site easy-rencontres naturistes

ericetmag13
Messages: 2811
VIP
Premier message du sujet
(@ericetmag13)
Membre
Inscription: Il y a 21 ans

En plus excellente nouvelle je viens de lire que notre marionnettiste préféré FDB sera à Marseille pour l inauguration de l'expo au MUCEM

ENFIN des années a subir les foudres du scribe (fossoyeur de LVS) à distance il va enfin pouvoir rencontrer la "mafia marseillaise" comme il nous  a surnommé Bruno moi et d'autres.. et tous les affreux de la FFN Smile /p>

Enfin l'occasion d'une explication entre 4 yeux en toute fraternité, la parole va circuler, ..j'ai dit. 🤣 🤣 

Répondre
PhilE
Messages: 14618
Confirmé Parrainé
(@phile)
Membre
Inscription: Il y a 17 ans

Libération

 

https://www.liberation.fr/lifestyle/voyages/en-france-le-naturisme-tient-a-un-fil-20240701_2G6HXA7QHBB2FMPNXK5TY47KBM/

A découvert
 

En France, le naturisme tient à un fil

Article réservé aux abonnés

Associations vieillissantes, arrêtés restrictifs, pression immobilière, frictions avec les textiles… Même si le pays reste la première destination naturiste au monde, de plus en plus d’adeptes craignent pour leur mode de vie et sa philosophie, mis à l’honneur dans une expo au Mucem de Marseille.

par Florian Bardou, envoyé spécial à Marseille

publié aujourd'hui à 19h53
Vous avez oublié d’enlever votre maillot, monsieur.» Sur les rochers des Pierres tombées, annexe naturiste de Sugiton depuis un siècle au cœur parc national des Calanques (Bouches-du-Rhône), pas de quartier pour les «textiles» – ceux qui restent habillés. En très grand nombre ce jeudi chaud de l’Ascension, les touristes en maillot de bain ont mangé la moitié de la plage pourtant dévolue au farniente dans le plus simple appareil. Ils sont plusieurs centaines contre une trentaine d’hommes et de femmes nus, plus ou moins jeunes, sur le qui-vive. «On doit faire la police, sinon tu commences par perdre la plage, puis les rochers», s’émeut Anne-Marie Catella, 64 ans, habituée de cette crique aux eaux turquoise depuis plus de quarante ans.

 

Répondre
9 Réponses
timbuktu
Assidu
(@timbuktu)
Inscription: Il y a 5 ans

Membre
Messages: 2770

@phile 

Associations vieillissantes, arrêtés restrictifs, pression immobilière, frictions avec les textiles… de plus en plus d’adeptes craignent pour leur mode de vie

Ce journal  fait un constat lucide (au lieu de réaliser bêtement des copier/coller de documents obsolètes datant de plus de 25 ans). Mais ceux qui continuent d'être dans le déni vont tomber de haut.

Ils sont plusieurs centaines contre une trentaine d’hommes et de femmes nus, plus ou moins jeunes, sur le qui-vive. «On doit faire la police, sinon tu commences par perdre la plage, puis les rochers», s’émeut Anne-Marie Catella, 64 ans, habituée de cette crique aux eaux turquoise depuis plus de quarante ans.

En résumé : vieillissement de la population naturiste et forte diminution de la demande pour des espaces naturistes,   avec, pour conséquence logique, des fermetures continues de centres naturistes depuis le début des années 2000.

 

 

Répondre
jfreeman
VIP
(@jfreeman)
Inscription: Il y a 19 ans

Membre
Messages: 4414

@timbuktu Possible pour le naturisme "horizontal". Mais pour le naturisme vertical et mixte (nat et non nat), c'est plutôt un militantisme en développement et avec une certaine harmonie 🤗

Répondre
timbuktu
Assidu
(@timbuktu)
Inscription: Il y a 5 ans

Membre
Messages: 2770

@jfreeman 

Si presque plus personne n'investit dans le naturisme aujourd'hui, c'est simple à comprendre .

La demande n'est pas là.

Répondre
loutre_27
Confirmé Parrainé
(@loutre_27)
Inscription: Il y a 19 ans

Membre
Messages: 3027

@timbuktu 

Si il n'y a pas d'offre, il n'y a pas de demande non plus!

Répondre
ericetmag13
VIP
(@ericetmag13)
Inscription: Il y a 21 ans

Membre
Messages: 2811

@timbuktu mdr les grands groupes ne s'y sont pas trompé ils investissent dans le naturisme et des campings naturistes s'ouvrent et continuent à s'ouvrir de belles choses a venir en 2025

Répondre
timbuktu
Assidu
(@timbuktu)
Inscription: Il y a 5 ans

Membre
Messages: 2770

@ericetmag13 

mdr

Est-ce que tu pourrais éviter ces stupides "MDR" (et autres LOL) assez habituels chez toi et qui sont une marque de  manque de respect pour l'interlocuteur.

Oui, alors dans l'investissement naturiste, il y a bien ce fameux projet en Gironde (FerretNat) mais ce n'est encore pas fait et ,si ça se concrétise, c'est juste "un arbre qui cache la forêt"

 

Répondre
Oulstol
Assidu
(@oulstol)
Inscription: Il y a 6 ans

Membre
Messages: 227

@timbuktu c'était une blague pour le 1er avril 🤣

Répondre
jean-mi77
Confirmé
(@jean-mi77)
Inscription: Il y a 13 ans

Membre
Messages: 4153

@timbuktu mdr !

Répondre
timbuktu
Assidu
(@timbuktu)
Inscription: Il y a 5 ans

Membre
Messages: 2770

@jean-mi77 

Je ne vois pas comment l'annonce de la création d'un camping naturiste peut faire l'objet d'une moquerie, au travers d'un canular de 1er avril.

Si un évènement  naturiste fait l'objet de "foutage de gueule" , c'est au contraire assez inquiétant.

 

Répondre

Vente de videos vivrenu-tv, WNBR randonues

PhilE
Messages: 14618
Confirmé Parrainé
(@phile)
Membre
Inscription: Il y a 17 ans

ttps://www.liberation.fr/lifestyle/intimites/ma-premiere-fois-tout-nu-cest-tres-doux-enveloppant-et-completement-desexualise-20240701_RPSDTNKGTBDW5BBXL4GKRRULNA/

Répondre
loutre_27
Messages: 3027
Confirmé Parrainé
(@loutre_27)
Membre
Inscription: Il y a 19 ans

Posté par: @timbuktu

En résumé : vieillissement de la population naturiste et forte diminution de la demande pour des espaces naturistes,   avec, pour conséquence logique, des fermetures continues de centres naturistes depuis le début des années 2000

Ne pas confondre avec l'invasion touristique qui finit par chasser les habitants y compris les habitués naturistes!

Répondre
1 Réponse
PhilE
Confirmé Parrainé
(@phile)
Inscription: Il y a 17 ans

Membre
Messages: 14618

@loutre_27 Comme Timbuktu serait content si le naturisme disparaissait!

Répondre

En savoir plus sur le Site de Rencontres entre naturistes

gilles
Messages: 12570
Admin Parrainé
(@gilles)
Membre
Inscription: Il y a 21 ans

Quelques derniers medias sur le mucem

et

https://urbania.fr/article/tout-tout-tout-vous-saurez-tout-sur-le-naturisme

TOUT, TOUT, TOUT, VOUS SAUREZ TOUT SUR LE NATURISME

Entretien avec Bernard Andrieu, commissaire d’exposition pour “Paradis Naturistes” au MUCEM.

Au Mucem à Marseille, l’exposition “Paradis Naturistes” mettra en lumière le mouvement naturiste, du 3 juillet au 9 décembre 2024 prochains. Avec plus de 600 pièces allant de photographies et films à des objets du quotidien et œuvres d’art, elle plongera les visiteurs dans les multiples facettes de cette pratique historique, révolutionnaire et véritablement libertaire. Une exposition qui donne donc espoir, en ces temps où les libertés du “pays des droits de l’Homme” risquent gros !

Pour nous éclairer sur cette pratique, nous avons interrogé le philosophe du corps et commissaire de l’exposition, Bernard Andrieu, habitué des pratiques corporelles en tous genres. Pratiquant depuis son enfance au sein de sa famille et auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet, il nous dévoile tout sur cette pratique sociale qui transforme tous ceux qui osent s’y aventurer. 

Pourriez-vous commencer par rappeler la différence entre le nudisme et le naturisme, deux pratiques qui sont fréquemment confondues ?

 

Bernard Andrieu : Comme son nom l’indique, le nudisme est une pratique qui consiste à se mettre nu, en revanche le naturisme relève plus d’un mode de vie au sein duquel cette nudité peut être inclue. Par exemple, il y a beaucoup de naturistes qui ne se mettent pas tout le temps nu, ce n’est pas obligatoire. Le naturisme est une façon de rentrer en contact avec la nature qui implique plein d’autres aspects tels que le végétarisme, le véganisme, ou encore le sport en pleine nature. Par exemple, à ses débuts à la fin du XIXè en France, le naturisme correspondait à une médecine hygiéniste où la nudité n’était pas exigible. En revanche, en Allemagne à la même époque, avec l’émergence du mouvement de la Lebensreform, la nudité est revendiquée. Ce mouvement révolutionnaire prônait une nudité intégrale, pratiquée dans des communautés autarciques et anarchistes. Aujourd’hui encore il existe une diversité de courants naturistes qui ne se réduisent pas au nudisme, c’est vraiment ce que nous voulons que les visiteurs retiennent et c’est d’ailleurs pour ça que l’exposition s’intitule “Paradis naturistes” au pluriel ! 

 

A travers cette exposition ainsi que l’ouvrage éponyme pour lesquels vous avez été commissaire, estimez-vous réaliser un acte politique, d’autant plus qu’une expo sur la pratique du naturisme n’avait jamais été faite auparavant ? 

Parler de naturisme est, de toute évidence, un acte politique pour plusieurs raisons. D’abord parce que, depuis sa démocratisation en France dans les années 1930, ce mouvement s’est incarné dans des communautés libertaires, socialistes, anticapitalistes, et opposées à l’exploitation industrielle et animale. Aujourd’hui, nous assistons à un revival de cette crise civilisationnelle car les valeurs naturistes telles que la sobriété énergétique, la durabilité, le respect de la nature, des territoires et des cultures locales, sont à nouveau remises en cause. Il faut comprendre que la philosophie naturiste offre des alternatives précieuses pour repenser nos sociétés contemporaines face aux défis climatiques, économiques, politiques et sociaux. C’est ce qui la rend politique. Dans un second temps le naturisme est politique parce que lorsqu’il implique la nudité, il peut devenir un moyen de revendication privilégié. C’est l’objet de la dernière partie de l’exposition, dans laquelle nous avons voulu montrer que la nudité est un outil précieux des pratiques militantes occidentales, précisément parce qu’elle est très transgressive. On peut penser par exemple au cas des Femen qui l’utilisent pour revendiquer l’abolition des violences faites aux femmes. 

 

D’où vient d’ailleurs le titre de l’exposition ? 

L’idée d’un “paradis naturiste” s’inspire initialement de Rousseau et est teintée de religiosité, fondée sur l’ancienne croyance que les gens vivaient nus avant d’être contraints de se vêtir. Nous avons donc voulu faire référence à cette notion d’une nudité paradisiaque qui nourrit depuis longtemps nos mythologies et imaginaires. De plus, cette expression évoque également la quête de lieux idylliques, retirés et isolés, en communion directe avec la nature : des paradis naturels. Une dimension qui nous a semblé importante à mettre en avant. Enfin, comme je l’ai mentionné au début, nous avons jugé important de parler de “paradis naturistes” au pluriel pour illustrer la diversité et la richesse de ce mouvement.

Vous écrivez dans l’ouvrage qu’avec le naturisme les individus sont de fait  “tous nus, donc tous égaux”, pensez-vous que par la nudité l’ensemble des individus puissent être enfin sur un pied d’égalité sociale ? 

En tout cas, c’est une expérience qui déstructure le regard social qui consiste à classer les corps en fonction de leur forme, de leur volume, de leur poids, et de leur silhouette. Dans un lieu naturiste, où tout le monde est nu, la comparaison perd son sens, car c’est le vêtement qui, dans nos rapports sociaux, révèle surtout l’appartenance à une classe sociale. Ainsi avec le naturisme l’ordre social est bouleversé, cela permet forcément de partager des expériences sociales qui dépassent la question du corps, du genre, de la sexualité ou de la communauté. Néanmoins, les marqueurs de classes ne disparaissent pas totalement, notamment lorsque chacun retourne dans sa tente, dans son bungalow ou dans sa caravane. Mais ce qui est certain c’est que le naturisme permet, au moins à court terme, une forme d’égalité sociale !

 

Peut-on dire que le naturisme reste l’apanage des classes sociales aisées ou est-ce trop réducteur d’affirmer cela ?  

Au départ entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, ce sont en effet les élites bourgeoises qui s’emparent de cette pratique en faisant notamment des opérations immobilières, en achetant des terrains, en développant des instituts naturistes et des clubs sportifs jusque dans l’empire colonial algérien. Plus tard dans les années 30, apparaissent néanmoins des communautés naturistes fondées par des ouvriers et des communistes, qui découvrent le naturisme grâce au camping sur les bords de la Seine.

Elles prônent un naturisme englobant les masses laborieuses et dénoncent les dérives d’un naturisme bourgeois en cette période charnière du Front Populaire. Mais c’est surtout la création de Montalivet par le couple Lecocq qui va permettre une ouverture plus sociale du naturisme, une démocratisation se met en place. Aujourd’hui nous vivons une troisième période, les fonds de pension rachètent les grands clubs pour les transformer en clubs de mobil-homes, la semaine y coûte maintenant très chère. Les personnes plus précaires se retrouvent donc exclues de ces espaces et se tournent plus vers des campings ruraux et alternatifs. Évidemment ça à un effet sur l’esprit du naturisme pré-capitaliste.

 

Cette pratique a-t-elle participé à créer de nouvelles normes physiques ?

Oui, notamment au début du XXè siècle en France, car le sport a servi d’entrée au naturisme. Le mouvement prônait à cette époque-là, le contact avec les éléments durant la pratique sportive comme étant bénéfique pour la santé. Aujourd’hui on retrouve d’ailleurs cet héritage dans de nombreux clubs naturistes possédant des piscines, des terrains de sports ou proposant diverses activités sportives de plein air.

Plus tard pendant le nazisme de nouvelles normes physiques ont aussi tenté d’émerger puisque le naturisme était censé assurer la perpétuation de la “race aryenne”. Néanmoins, comme nous le montrons dans l’exposition, le naturisme a réussi jusqu’à aujourd’hui à se délivrer des normes et à devenir de plus en plus inclusif. Et si des discriminations peuvent subsister au sein des communautés naturistes, celles-ci ont quand même le mérite de faire cohabiter tous les corps, cela offre un exemple pour le reste de la société ! 

 

Pensez-vous qu’avec le dérèglement climatique que nous vivons aujourd’hui, le retour au naturisme, notamment chez les jeunes, soit l’expression d’une angoisse croissante vis-à-vis de notre futur ?

Je ne pense pas que le retour aux valeurs naturistes aujourd’hui soit uniquement une réaction à l’angoisse climatique ; il reflète plutôt une quête d’alternatives sociales défiant nos modèles préétablis. Ce que j’ai pu observer, c’est que les pratiques naturistes ont évolué en réponse à la réalité du changement climatique, avec l’émergence de nombreux lieux alternatifs tels que les éco-lieux, les campings ruraux, les communautés de vie et les pratiques autarciques. En fait, il y a un désir notamment chez les nouvelles générations d’aller vers une économie du proche qui respecte les espèces et les êtres vivants.

Cette tendance est illustrée à mon sens dans le dernier livre des Des soulèvements de la terre : “Premières secousses”. Les valeurs écologiques qui y sont défendues font en réalité partie du même courant que les valeurs naturistes, ce qui explique l’intime lien entre ces pratiques. L’écologie comme le naturisme permettent de se situer différemment par rapport aux rapports de domination et d’exploitation de la nature. C’est ce qui les rend radicales, pourtant, je pense qu’un retour à ces valeurs est plutôt logique au regard de notre situation. On retourne d’ailleurs aux origines du naturisme du XXè siècle qui est né d’un même désir : fuir l’industrialisation. 

 

Vous affirmez que le naturisme est devenu un “produit” de la consommation de masse depuis 1950, or en France en 2024 la nudité reste considérée dans l’espace public comme de l’exhibitionnisme, comment pensez-vous que ce paradoxe de nos sociétés contemporaines capitalistes puisse être dépassé ?

Le débat porte sur le droit à disposer de sa propre nudité, un thème central dans mon dernier ouvrage “Nudité : Philosophie des naturismes”. J’y montre que, de nos jours, la nudité est utilisée comme une arme : on cherche à nous la voler, à nous photographier à notre insu, car elle peut servir de moyen de pression, comme dans le cas du revenge porn. Ce droit, initialement pensé pour nous protéger, finit par se retourner contre nous-mêmes, car la nudité doit en permanence être garantie de ne pas être vue, ce qui entraîne une répression croissante des politiques touchant au corps. Cela se manifeste notamment sur les plages françaises ces dernières années, où des femmes ont été interdites de pratiquer le topless. Ce paradoxe est d’autant plus flagrant dans une société où la nudité et la semi-nudité sont omniprésentes, notamment sur internet avec la pornographie. Je ne sais pas si cette situation évoluera dans le futur, pour le moment le naturisme continue d’être pratiqué dans des lieux définis où il donc légal d’être nu. 

 

Estimez-vous que le mouvement naturiste évolue donc vers davantage d’inclusivité ?

Oui, c’est certain, dans les espaces naturistes, les corps cohabitent naturellement, que ce soit dans les douches, à la plage, pour manger, danser ou discuter. La diversité des corps et leur visibilité libèrent alors chacun des idées préconçues sur soi-même et les autres. Par exemple, en 2022, sur l’île du Levant, une miss transgenre a été élue “miss nue”, illustrant le désir croissant d’inclusivité au sein du mouvement. Il faut aussi rappeler que sur les plages normales ou textiles, de nombreuses personnes hésitent à se montrer en raison de critères esthétiques. Le naturisme permet aux femmes de se libérer des injonctions, mais aussi aux hommes de se détacher des discours permanents et stigmatisants qui les assignent à être désirants. En fait, le modèle du naturisme est libérateur pour tous, parce qu’il s’attaque au patriarcat. 

 

Costanza Spina définit l’utopie comme le “lieu qui n’existe pas encore”, au regard de cette définition pensez-vous que le naturisme puisse constituer un projet politique à part entière qui permette à un monde nouveau de se réaliser au-delà des communautés que vous avez étudiées ?

Cette définition implique la réalisation potentielle de l’utopie, dans le cas des espaces naturistes, je pense que c’est le cas : l’utopie existe et se matérialise dans des lieux précis. Comme nous l’avons vu précédemment bien que cela restreigne l’utopie, ça en fait aussi sa force. En fait, c’est ce qu’on appelle des hétérotopies, au sens où ce sont des lieux physiques de l’utopie, comme l’a théorisé Foucault. Ces îles naturistes ou clubs sont des endroits où les gens peuvent vivre différemment, découvrir d’autres aspects de la socialité et se détacher de la routine quotidienne grâce à leur géographie. Que ce soit à la campagne, à la montagne ou au bord de la mer, ces lieux propices offrent des relations différentes avec l’environnement, tant humain que non humain.

Ces expériences de libération peuvent nous permettre de mieux vivre, d’avoir une meilleure conscience environnementale, d’améliorer nos relations de couple et notre manière de consommer, en nous questionnant sur ce qui est vraiment nécessaire pour nous. Évidemment, le naturisme tend à être un projet politique pour la société entière. Néanmoins, ce qu’il défend avant tout, c’est une révolution intérieure : accepter de faire le pas vers cette pratique et se libérer du poids de la société. Et tout ça n’est pas si simple car c’est une expérience qui change les individus ! Beaucoup ne sont pas prêts à cela, car ce n’est pas un acte anodin. Le naturisme demande de désirer les gens en tant qu’être, d’avoir une réflexion globale sur l’être humain, sa relation à la nature et aux autres. À l’inverse, rester dans des structures désirantes traditionnelles est évidemment plus confortable pour ne pas bouleverser l’ordre social patriarcal, capitaliste et écocide. 

Finalement, au regard de la situation politique actuelle en France et en Europe plus largement, estimez-vous que le naturisme puisse de nouveau être en danger à l’image de ce qui s’était produit en 1933 à la suite de l’élection d’Adolf Hitler ?

L’exposition va commencer le 3 juillet, qu’est ce qui va se passer le 7 juillet ? On ne sait pas… Je ne pense pas que le naturisme puisse disparaître, mais évidemment il risque d’être remis en cause pour les valeurs qu’il défend comme la liberté corporelle, de genre et d’orientation sexuelle. Je crois aussi que l’intérêt économique protège cette pratique qui attire en France 2 millions de personnes chaque année. Peut-être que le néo-libéralisme protège finalement le naturisme. Néanmoins nous sommes contents de faire maintenant l’exposition parce que ce n’est pas sûr qu’on la fasse dans 6 mois !

 

 

Répondre
gilles
Messages: 12570
Admin Parrainé
(@gilles)
Membre
Inscription: Il y a 21 ans

et https://madeinmarseille.net/164776-exposition-inedite-consacree-histoire-naturisme-mucem

Une exposition inédite consacrée à l’histoire du naturisme débarque au Mucem

 

À partir de ce mercredi 3 juillet, le Mucem dévoile sa toute nouvelle exposition « Paradis naturistes » qui plonge les visiteurs dans l’univers du naturisme et de ses communautés à travers plus de 600 œuvres muséales et objets privés.

C’est la première fois en France qu’une exposition de cette ampleur est consacrée à l’histoire du naturisme. Le Mucem propose une plongée dans cet univers sur 500 m2 d’espace dédié, scénographié par l’agence Trafik. « On a tous des préjugés à ce sujet, on souhaitait les retirer de la tête des visiteurs, » explique Pierre-Olivier Costa, le président du musée.

Six commissaires d’exposition ont travaillé durant trois ans sur ce projet social d’ampleur en allant à la rencontre de nombreuses communautés naturistes. Ils ont ainsi pu rassembler des photographies, des revues, des peintures, des objets du quotidien… autant de pièces à découvrir provenant d’archives privées et publiques françaises et suisses. De nombreuses maquettes, sculptures et formats vidéos illustrent également ce projet d’envergure.

Lorsque le visiteur entre dans la salle du rez-de-chaussée, il découvre un glossaire, une carte référençant les camps naturistes de France ainsi qu’un mur de revues consacrées au sujet. Un mystérieux rideau, orné d’un immense soleil noir et blanc, le sépare du reste de l’exposition. Quand on le tire, c’est un espace non cloisonné qui accueille le public, offrant ainsi un aperçu de l’ensemble de la visite.

La scénologie originale, pensée autour du naturisme et signée par l’agence Trafik, est aérienne et décloisonnée. Les œuvres sont exposées sur divers supports comme du plexiglass ainsi que des matériaux naturels.

« Le naturisme, c’est aussi une façon de penser »

Le thème de l’exposition peut sembler surprenant et faire sourire. Il a en réalité permis une véritable réflexion sociologique et anthropologique sur la naissance de cette pratique populaire et son évolution dans le temps. « Après le Covid, nous avons remarqué une résurgence des questionnements sur notre rapport au corps et à la nature. Certains ont ainsi modifié leurs habitudes de vie. Le naturisme, ce n’est pas juste une façon de se dévêtir, mais aussi une façon de penser. Le Mucem est un musée de société, nous avions donc envie d’aborder ces thématiques du rapport au corps, » étaye le président.

« Paradis naturiste » a été pensé en trois sections : Aux sources du naturisme, Les naturismes en communautés et Les nudités contemporaines. Le parcours suit chronologiquement l’histoire de cette pratique depuis son étymologie en 1768, dans les écrits du médecin Théophile de Bordeu, jusqu’à la construction de communautés organisés et la naissance de lieux dédiés.

Si à l’origine cette pratique s’accompagne d’une vision hygiéniste, prônant le retour à la nature et le végétarisme, la pratique se démocratise et touche la classe populaire en 1936 grâce aux congés payés. « Le Front Populaire avait permis à un certain nombre de personnes, bénéficiant des congés payés, de se rendre dans des campings en pratiquant la nudité. Un certain naturisme populaire est né et malgré des interdits, ils allaient pratiquer dans des clubs structurés », décrit Bernard Andrieu, philosophe et professeur au sein de l’institut des sciences du sport et de la santé de l’université Paris Cité.

Paul Oltra, Bâtiment nouveau avec piscine au centre Port-Ambronne, Centre de naturisme héliomarin Oltra, entre 1968 et 1971, Collection Marie-Hélène Oltra.

« Marseille, capitale du naturisme »

Cinq focus sur des thématiques, telles que le Music Hall ou le Bronzage, ponctuent également l’exposition. L’un d’eux est consacré à la cité phocéenne. Les Naturistes de Provence est une association créée en 1930 à Marseille. Elle est l’une des premières du genre en France.

« La mairie de Marseille accepte que les membres de cette communauté se regroupent sur l’Île de Ratonneau à l’hôpital Caroline. La documentation sur cette période est en majorité fournie par les communautés internationales, et notamment des Suisses », explique Amélie Lavin, conservatrice en chef au Mucem. Un numéro spécial datant de 1930, de la revue suisse Die neue Zeit, titre même « Marseille, capitale du naturisme ».

Femme Nue au dessus du port de Sormiou, Anonyme, Collection Bruno Saurez (les Naturistes phocéens).

L’ultime section de ce voyage au « Paradis des naturistes » questionne les Nudités contemporaines. Être nus dans l’espace public est un geste considéré comme délétère et assimilé à de l’exhibitionnisme sexuel. Certains naturistes militent donc pour obtenir le droit d’être nus dans des espaces publics de la vie quotidienne, tel que des lieux culturels.

L’exposition propose donc une ouverture sur le corps, utilisé comme outil politique. La richesse des archives et les nombreux textes explicatifs permettent une réelle immersion pour les visiteurs, loin des clichés. Rendez-vous au Mucem jusqu’au 9 décembre pour découvrir l’univers méconnu du naturisme.

Les militantes féministes Femen manifestent seins nus pour défendre que les corps des femmes ne doivent pas être pensés comme des objets érotiques.

Du mercredi 3 juillet 2024 au lundi 9 décembre 2024
Mucem – Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée
1 Esplanade du J4, 13002 Marseille

Plus d’informations ici

 

 

Répondre

Filmé en 2010 lors de la plus belle des wnbr de brighton en HD le film sort fin septembre 2022

Page 1 / 2
Partager :
Site du portail naturiste francophone VivreNu.com   :  rencontres-naturistes.com   lenaturisme photos nudismlife.com   tousnus.fr   photos.naturistes   Revues Naturistes Vintage   World Naked Bike Ride WNBR Cyclonudistes   tv-naturiste  VivreNu TV  o2switch