1 décembre 2021

Photos septuagénaires et +


PhilE
Messages: 12784
Confirmé
Premier message du sujet
(@phile)
Membre
Inscription: Il y a 15 ans

https://www.neonmag.fr/ces-photos-de-nu-celebrent-lamour-la-sexualite-et-la-tendresse-chez-les-aines-queer-557445.html

Ces photos de nu "célèbrent l’amour, la sexualité et la tendresse chez les ainés" queer

Dans sa série "L'art de vieillir queer", la photographe Arianne Clément immortalise cinq seniors LGBT, qui reviennent sur leur sexualité.

Nudité, troisième âge et communauté LGBT. Arianne Clément a décidé d'en faire une série photo d'une grande sensualité. Exposé à Valcourt au Québec jusqu'au 12 décembre prochain, son projet "L'art de vieillir queer" se distingue par sa tendresse. Des femmes et des hommes âgés s'enlacent et partagent des bribes de leur sexualité au travers de clichés intimes.

Issue d'une collaboration avec l'organisme québécois "Les 3Sex", qui sensibilise sur les questions de sexualité et lutte en faveur des droits sexuels, la série de photos s'accompagne de témoignages forts des cinq modèles, qui reviennent sur leur rapport à leur identité queer. Entretien avec la photographe Arianne Clément.

Qu'est-ce que votre projet "L'art de vieillir queer" raconte des séniors ?
Arianne Clément :
Les participants, en dépit d’âges comparables, sont issues de mondes forts différents, et expriment des conceptions à la fois contrastées et nuancées de l’homosexualité. La diversité n’est pas qu’un trait fédérateur de la communauté LGBTQ+ prise dans son ensemble. C’est également une caractéristique qui s'applique au sein même des individus qui composent ce mouvement. Cinq modèles, cinq parcours de vie uniques dans les marges de ce qui constituait autrefois la norme, cinq visions que reflètent les œuvres photographiques et les témoignages de cette série, qui deviennent autant d’apports à la compréhension de ce qu’est "être queer".

Chloé, 72 ans : "Dès l’âge de neuf ans, je ne me sentais pas bien avec mon sexe biologique, assigné à celui de garçon. Je ne comprenais pas pourquoi je ne pouvais pas être une fille. J’ai vécu cela dans la honte et la culpabilité toute ma vie en me questionnant sans cesse sur mon orientation sexuelle. Je croyais que l’homosexualité était la seule explication au fait de me sentir femme. La discrimination envers les homosexuels n’aidait en rien. J’ai toujours aimé les femmes mais mes sentiments amoureux étaient confus. Je mélangeais l’amour que je ressentais pour ma partenaire et le désir d’être celle-ci. Ce paradoxe a été source de grandes souffrances. Il y a sept ans je n’aurais jamais pu imaginer être la femme que je suis aujourd’hui, mais les choses ont évolué. J’ai commencé à m’exprimer et des portes se sont ouvertes. Ma transition a débuté en 2015 alors que j’avais 67 ans et j’ai eu ma vaginoplastie à l’âge de 69 ans. C’est un énorme changement. Faire une transition d’homme à femme est un exploit, pas seulement à cause de l’intervention chirurgicale, mais surtout à cause de la réadaptation et de l’apprentissage d’une nouvelle sexualité. Peu de personnes peuvent parler en connaissance de cause d’orgasme masculin et féminin. Moi OUI ! Le premier grand plus : je n’ai plus de problèmes d’érection et j’ai des orgasmes à répétitions ! J’ai une grande libido encore à mon âge. Je ne suis pas d’accord avec certaines croyances qui veulent que la sexualité se perde en vieillissant. C’est faux, il est important de cultiver sa sexualité toute sa vie. Je me sens attirante parce que je suis fière et élégante. Je suis aussi consciente que j’impressionne. On me dit sans cesse que je suis belle. Je sens beaucoup plus le regard des hommes sur moi mais moins celui des femmes. Mais j’aime les femmes autant qu’avant, je me considère désormais lesbienne. Je suis contente de participer au projet "L’art de vieillir queer" car je suis fière de m’être délivrée et de la femme que je suis devenue. Je veux le crier sur les toits ! On oublie beaucoup trop les personnes âgées et je sens qu’à travers ce projet, je participe socialement à briser certains tabous." Arianne Clément

Pourquoi les personnes âgées constituent un des sujets les plus présents dans votre travail ?
Parce qu'ils sont très peu représentés dans notre société très jeuniste. Parce que je les trouve magnifiques. Parce que j'aime leur compagnie et leurs histoires.

 

Pourquoi avoir choisi de capturer vos modèles nus ?
C'est une longue histoire. Tout à débuté en 2016 quand j'ai fait une série sur les rituels de beauté de femmes centenaires. L'une des femmes que j'ai rencontrée, Marie-Berthe, qui avait alors 102 ans, était particulièrement sexy, coquette et à l'aise devant la caméra. Elle était bien dans son corps et le manifestait à travers nos photos. J'ai été très inspirée par cette expérience et c'est pour ça qu'en 2018, quand on m'a demandé de monter une exposition sur le thème de la femme, j'ai décidé de faire une série de boudoir/nu avec des femmes âgées de 70 ans et plus. En 2019, j'ai invité les hommes à participer au projet et en 2021, j'ai invité des membres de la communauté LGBTQ+ suite à une commande de l'organisme Les 3sex. Ceci dit, je suis loin de ne faire que du nu ! Je lance mon premier livre photo cette semaine qui porte sur les personnes âgées des zones bleues, les régions du monde où l'on a la plus grande espérance de vie. C'est un projet qui porte sur le bonheur, la santé et la longévité et dans lequel il n'y a aucun nu...

Dans les médias ou les arts, la tendance est de représenter de jeunes et minces personnes pour parler de désir, de sexualité, de sensualité, pour nous vendre un peu de tout, pour nous convaincre d'altérer notre corps... Une grande partie de la population ne se sent pas représentée à travers ces images qui sont pernicieuses et causent de grands dommages aux femmes et aux hommes qui se sentent obligés de lutter contre le vieillissement. Ma démarche est simplement de promouvoir plus de diversité et de prouver que l'on peut être belles et beaux à tout âge et surtout, qu'il est possible de s'accepter tel que l'on est. Pour le projet "L'art de vieillir", sur la sexualité des seniors qui visent à se défaire des tabous, le choix du nu allait de soi.

"La rouquine", 74 ans : "Je suis lesbienne depuis ma plus tendre enfance. Petite, j’étais toujours en amour avec une amie, une cousine, une enseignante et même une religieuse. J’ai commencé à être active sexuellement vers l’âge de 18 ans… J’ai aujourd’hui une vie sexuelle active avec ma conjointe et nous nous apprécions et nous nous désirons beaucoup. J’ai toujours été une femme très sensuelle qui se masturbe régulièrement et qui jouit profondément. Bien que mes orgasmes durent moins longtemps qu’avant, ils sont tout aussi satisfaisants… Ma compagne et moi partageons tant de moments de tendresse, de caresses langoureuses et tellement d’amour. Je me sens encore attirante, probablement parce que lorsque j’étais enfant j’ai reçu beaucoup d’amour et de compliments à cause de ma chevelure auburn et de mes yeux bleus. Sans prétention, je me trouve naturelle, douce et gentille." Arianne Clément

Nous avons peu de représentations des séniors queer. Pourquoi était-ce important pour vous de les mettre en lumière ?
J'ai constaté au cours des dernières années, qu'il y a un besoin profond et répandu de célébrer l’amour, la sexualité et la tendresse chez les ainés, avec, en filigrane, une volonté d’en défaire avec les tabous sur la sexualité du troisième âge. Ce projet fait aussi écho à ma sensibilité de longue date à l’endroit des marginaux, des oubliés et des non-conformistes et à ma préoccupation pour le bien-être et l’épanouissement de mes amis, collègues et connaissances issus de communauté queer. L’incompréhension, doublée d’un sentiment de révolte, face aux discriminations et aux violences que subissent encore les membres de la communauté LGBTQ+, en dépit d’avancées significatives accomplies durant les dernières décennies, ont aussi motivé la création de cette série. C’est pour promouvoir l’inclusivité, la diversité, l’acceptation et l’ouverture à l’autre que ce projet est mené à terme.

Gérald, 75 ans : "En 1995, je me sépare de ma blonde et de ma fille en déclarant que je suis gay. Je fréquente le milieu, puis je doute. Je ne sais plus. Une dépression s’en suit. Je me sens asexuel. Je me porte bénévole dans un centre de croissance personnelle. J'y rencontre une femme et redevient hétéro. Naissance d'un enfant, séparation, rencontre d’une autre femme, séparation… La vie a mis sur mon chemin quatre femmes avec qui j'ai eu quatre enfants. De nouveau asexuel, je découvre éventuellement la méditation et la spiritualité. J’ai passé ma vie à naviguer entre l’hétérosexualité, l’homosexualité, la bisexualité et l’asexualité. Avec de l'introspection et du recul, je me rends compte que j’ai toujours été gay. Un gay refoulé. Je me considère dorénavant comme "bispirituel" et polyamoureux. Je suis très sensuel et je me sens encore attirant. Ma sexualité s’est transformée en tendresse en vieillissant. La porte est ouverte aux touchers, aux caresses, à la nudité, à l’acceptation des corps qui changent; les seins tombants, les couilles pendantes, les dysfonctions sexuelles…" Arianne Clément

Pakko, 63 ans : "Je ne m’identifie pas à la communauté LGBTQ+. Je suis un fils de Gaïa, de la pachamama, notre terre-mère. Avant que les Européens n’introduisent ces conceptions en Amérique, nous avions notre place sans préjugés dans tous les peuples de ce continent. Vers l’âge de 5 ou 6 ans, je savais déjà que j’étais attiré par les garçons. J’ai commencé à expérimenter la sexualité très jeune et j’ai eu une vie sexuelle bien remplie. Je suis arrivé à Montréal à l’âge de 21 ans. J’ai dû abandonner l’université à cause de mes activités politique au Guatemala. Ma vie était en danger. Ça a été un choc culturel. Moi, gay ?! Sortir du placard ? Mais qu’est-ce que ça veut dire ? Je suis un être humain et ma sexualité fait partie de ce que je suis ! J’ai vécu de la discrimination et du racisme dans le monde gay, pas dans le monde hétéro. J’ai toujours été heureux ici avec mes amis et mes camarades de travail, mais dans le monde gay, c’est la jungle et il faut savoir survivre. Ce n’est pas la sexualité de l’homme qui change en vieillissant, mais sa conception de l’être. On approfondit nos valeurs et notre spiritualité. Les choses superficielles n’ont plus d’importance. Il faut évoluer pour ne pas quitter le monde physique sans y avoir trouver un sens. La sexualité est plus difficile au niveau physique mais ô combien plus riche de l’intérieur." Arianne Clément

Mélody, 69 ans : "À part pour avoir participé quelques fois à la Parade de la fierté, et y avoir ressenti une pointe de fierté, je ne m'identifie pas vraiment à la communauté LGBTQ+. Je suis une femme qui aime une femme, c'est tout. J'étais bisexuelle durant mon adolescence. Je me suis mariée pour être comme les autres et j'ai eu une merveilleuse fille qui me respecte dans ce que je suis. J’ai quitté mon ex-mari pour aller vivre avec ma première femme. C’est là que j’ai senti que j'étais vraiment lesbienne. Faire l'amour avec une femme m'excitait beaucoup. Ma vie sexuelle a été torride, jouissive et extasiante. La passion est encore très présente avec ma copine de 74 ans. Nos regards langoureux en disent long sur notre désir. Évidemment, c'est plus difficile d'atteindre l'orgasme et, quand nous l'atteignons, il est moins fort et ne dure pas très longtemps. Mais, nous entretenons la flamme par une multitude de caresses et de baisers. De vraies petites gourmandes. Si je me sens attirante ? Oui et non. Oui, à travers les regards d'amour et de désir de ma blonde mais j’ai une certaine retenue quand nous sommes nues car j'ai pris du poids et le temps a fait ses ravages sur mon corps. Je suis un peu gênée. Mais comme ma copine vieillit elle aussi, nous en rions, la plupart du temps. Cette séance photo a été l’un des moments les plus uniques de ma vie. J'ai été conquise par le dynamisme de la belle Arianne et sa belle connivence avec nous. Ces moments ont été tout simplement magiques : la beauté de l’instant nous a complètement envahies et nous étions plus amoureuses que jamais !" Arianne Clément

Chloé, 72 ans Arianne Clément

"La rouquine", 74 ans Arianne Clément
4 Réponses
Flupkunu
Messages: 39
Nouveau
(@flupkunu)
Membre
Inscription: Il y a 10 mois

Merci pour ce bel article, j'ai été voir le site d'Arianne Clément qui vaut le détour. https://www.arianneclement.com

Répondre
1 Répondre
John-1
Nouveau
(@john-1)
Inscription: Il y a 9 mois

Membre
Messages: 80

@flupkunu Oui, effectivement, le site vaut le détour.

Répondre

Vente de videos vivrenu-tv, WNBR randonues

cplnatur44
Messages: 406
Assidu
(@cplnatur44)
Membre
Inscription: Il y a 8 ans

Comme quoi l'être humain est beau à n'importe quel age.

Répondre
jihem
Messages: 41
Nouveau
(@jihem)
Membre
Inscription: Il y a 13 ans

Merci pour la découverte de cette artiste,  j'aime beaucoup son travail. 

Répondre

Vente de videos vivrenu-tv, WNBR randonues

Partager :
Site du portail naturiste francophone VivreNu.com   :  rencontres-naturistes.com   lenaturisme photos   PubNat   nudismlife.com   tousnus.fr   photos.naturistes   Revues Naturistes Vintage   World Naked Bike Ride WNBR Cyclonudistes   tv-naturiste  VivreNu TV  ovh 500go