Vous rêviez d’un plat pour communier avec la nature ? Tenez : le fenouil, servi dans son plus simple appareil, du bulbe aux graines avec son extraction de pomme, céleri branche et livèche. Au Clos des Sens, à Annecy-le-Vieux, le légume, comme fraîchement échappé du potager, a la saveur d’aromates odorants. Le duo composé par Franck Derouet (chef) et Thomas Lorival (chef sommelier), désormais aux manettes du fameux Relais & Château 3 étoiles, réussit le double pari audacieux de ne pas dénaturer le produit et de nous faire découvrir un paradis terrestre inconnu. Il ne s’agit plus là d’une simple aspiration à un retour aux sources, mais d’un véritable engouement pour le dénuement. L’époque est saisie par un besoin viscéral de s’alléger, d’épurer, de se dépouiller. De quoi ? De tous les objets superflus, de tout le plastique, de tous les écrans. Du poids des apparences, de la tyrannie du regard.

 

Le fenouil du bulbe aux graines du Clos des Sens, une invitation à l’épure qui nous fait découvrir un éden inconnu.
© Matthieu Cellard. Harri Peccinotti.Le fenouil du bulbe aux graines du Clos des Sens, une invitation à l’épure qui nous fait découvrir un éden inconnu.

“Naturismes” au Mucem et “Vivre nu” de Margaux Cassan

Face à une société qui soumet l’individu au jugement permanent et maquille les traces du temps sur les corps, l'exposition NaturismeS de l’été 2024 au Mucem, à Marseille, en partenariat avec la Villa Noailles, tombe à point nommé. Né de mouvements issus de la contre-culture critiques envers toute forme de progrès, le naturisme apparaît être un refuge harmonieux et vital, avec ses cures à base de bains de soleil, de sport et de baignades. Margaux Cassan, 25 ans, a connu cet éden. Dans son livre au titre-manifeste Vivre nu (éd. Grasset), elle raconte une enfance rêvée, nue et libre, “occupée à découvrir les arcanes de la nature” et “à suivre les odeurs du basilic” dans le village naturiste associatif de Bélézy, dans le Vaucluse, où elle rejoint tous les étés sa tante et son oncle. Les adultes y viennent pour chasser “les toxines qui vous encombrent”, tandis que la jeunesse se forge une confiance en soi à travers la nudité en public dénuée de tout érotisme. “Le naturiste se déshabille pour supprimer le superflu entre lui et les vêtements, écrit l’autrice, ajoutant : on peut être naturiste habillé.” Vivre nu est avant tout un état d’esprit, une revendication d’émancipation et de liberté.

Expositions du MAC Lyon et du MAC Montréal

Coïncidence, un mois après la sortie du livre, 350 personnes déambulent sans vêtements dans l’exposition Incarnations, le corps dans la collection du MAC Lyon, en partenariat avec la Fédération française de naturisme. “La moitié des participants avaient moins de 30 ans et se mettaient nus pour la première fois en public en dehors d’une plage” reconnaît un porte-parole. Être nu au milieu de personnes inconnues est une expérience paradoxale : la nudité dans l’espace public invisibilise les corps et libère du regard de l’autre. Le MAC Montréal présente en ce moment une trentaine de vidéos tournées depuis dix ans par l’artiste Lili Reynaud-Dewar, dans lesquelles elle danse, le corps nu et peint, dans des musées, des galeries ou des résidences où elle est invitée. Passer à l’acte ? En interrogeant les frontières entre l’intime et le collectif, les créateurs nous invitent à sortir de notre zone de confort. Ainsi, Laure Prouvost, dans No More Front Tears, nous appelle à “devenir pieuvre” et à rejoindre une manifestation de non-humains. Dans The Progress, de Tino Sehgal, la dimension humaine est l’unique ressource déployée dans l’espace d’exposition. L’œuvre achevée, il n’en reste aucune trace matérielle, hormis l’expérience intime d’une déambulation philosophique sur le sens de la vie, en interaction avec un enfant. Il n’y a plus de spectateur, ce dernier étant devenu un interprète à part entière.

© HARRI PECCINOTTI

Chorégraphies de Marinella Senator, Dimitri Chamblas et Boris Charmatz

“Faire corps” ensemble : tel est l’objectif de Marinella Senatore et de ses grandes parades festives, ouvertes à toutes les communautés, tandis que le “projet d’architecture humaine” à ciel ouvert, terrain du danseur et chorégraphe Boris Charmatz, convie professionnels et passants à un happening de danse sur une place publique ou dans un jardin. Cette année, À bras-le-corps, pièce créée en 1993 avec son ami chorégraphe Dimitri Chamblas alors qu’ils étaient étudiants, était programmée à Montpellier Danse dès début juillet. Performée dans des centaines de villes durant trois décennies, l’œuvre s’est transformée en s’adaptant aux corps changeants. Et vice versa.

© Pierre Fabris"À bras-le-corps", pièce de Dimitri Chamblas et Boris Charmatz.

La Nuit des étoiles filantes sur l’île du Levant

Pour une expérience collective libératrice, il faudra réserver la Nuit des étoiles filantes, organisée par l’association Nu2 au domaine naturiste d’Héliopolis, sur l’île du Levant, au large de Hyères. Un événement à vivre en tenue d’Ève, délesté d’ornements superflus, mêlant exposition photo, vidéos, performances et musique. Si vous loupez ce face-à-face festif avec le cosmos, vous pourrez toujours vous connecter au merveilleux podcast Fragîle Levant, réalisé en partenariat avec la Villa Noailles, qui capture les récits des habitants de l’île. Au cœur de cette réserve naturelle exceptionnelle, eux aussi ont appris “à voir le corps et l’âme ensemble”.

La Nuit des étoiles filantes organisée par l’association Nu2 au domaine d’Héliopolis.
© Enzo TonatiLa Nuit des étoiles filantes organisée par l’association Nu2 au domaine d’Héliopolis.

Carnet d'adresses

Le clos des sens
Hôtel-restaurant Relais & Châteaux,74940 Annecy.

Naturismes
Exposition au Mucem, en partenariat avec la Villa Noailles, à partir de l’été 2024.

Vivre nu de Margaux Cassan (éd. Grasset).

Incarnations, le corps dans la collection du MacLyon
Exposition jusqu’en décembre 2023

I want all the above to be the sun
Dix années de vidéos de performances dansées de Lili Reynaud-Dewar,
au MAC Montréal, jusqu’au 17 septembre 2023.

We rise by lifting others
Exposition de Marinella Senatore au Museum der Moderne Salzburg, jusqu’au 8 octobre 2023.

À bras-le-corps
Spectacle de Boris Charmatz et Dimitri Chamblas, les 2 et 3 juillet 2023 au festival Montpellier Danse.

Fragîle levant
Podcast disponible sur toutes les plateformes.