13 avril 2024

Amazones, compagnie Marinette Dozeville

50 Messages
13 Membres
12 J'aime
4,201 Vu
gilles
Messages: 12506
Admin Parrainé
(@gilles)
Membre
Inscription: Il y a 21 ans
Répondre
gilles
Messages: 12506
Admin Parrainé
(@gilles)
Membre
Inscription: Il y a 21 ans

Pour les retardataires ce spectacle repasse à Vanves le Le 17 mars 2023  AMAZONES - Théâtre de Vanves (theatre-vanves.fr)

 

Le festival Born to Be Alive (Reims) invite… MARINETTE DOZEVILLE – AMAZONES

Elles affirment triomphant que tout geste est renversement.
La phrase tonitruante, extraite du roman-poème Les Guérillières de Monique Wittig, sonne comme un avertissement au spectacle de Marinette Dozeville, où sept femmes nous attendent et déploient en danse un possible féminisme.

 

Avec AMAZONES, l’artiste poursuit son interrogation tonique des figures mythiques féminines qui secouent et dépassent les restrictions habituelles de la société.

 

Superbe chant choral usant de l’émancipation des corps comme prise de parole politique, la pièce construit, en écho au texte de Luvan, une danse évocatrice qui réconcilie la violence du combat et la douceur de l’utopie. La chorégraphie toute de rituel et de sauvagerie, d’énergie vitale et d’alanguissement, entraîne irrésistiblement sur le sentier de la révélation.

 

 
Répondre

Souscrire abonnement pour accès articles et vidéos du site vivrenu

jfreeman
Messages: 4320
VIP
(@jfreeman)
Membre
Inscription: Il y a 19 ans

Théâtre de Vanves

 

Deux spectacles de danse "engagés", le vendredi 17 mars 2023

D'abord le spectacle Olga Dukhovnaya, swan lake solo à 20h00

Swan Lake Solo n'est pas le solo d'Odette de Crécy ni une version contemporaine du ballet de Tchaïkovski, c'est une chorégraphie d'actualité. Dans une entreprise de déconstruction écologique, la chorégraphe ukrainienne concentre tout le corps de ballet dans celui d'une seule interprète. Le sien. Avec le compositeur Anton Svetlichny, elle l'accorde sur une musique de Tchaïkovski aussi joueuse que respectueuse et donne à Swan Lake Solo les tonalités d'une très joyeuse et jouissive liberté.

Puis celui de Marinette Dozeville, Amazones à 21h30

Une ode à la désinvolture. Un réveil en pleine nature, une grande langueur… Sept femmes, nues, peu à peu se rassemblent et s’organisent en meute. Chorégraphie librement inspirée du livre “ Les Guérillères ” de Monique Wittig, AMAZONES se déploie comme un étendard libertaire, réconciliant la douceur de l’utopie et la violence du combat, dans une montée en puissance hypnotique et galvanisante, révélant la beauté féroce du féminin en lutte, pluriel et collectif.

 

Nous vous proposons donc d'assister, avec nous, le Vendredi 17 Mars 2023, à ces deux spectacles.

Théâtre de Vanves, rendez-vous à partir de 19h30 (début à 20h) dans le hall du théâtre

(situé au 12, rue Sadi Carnot 92170 Vanves). Covoiturage encouragé 😀 

Vidéo et billetterie :  https://www.theatre-vanves.fr/spectacle/amazones/

Annonce sur OVS : https://paris.onvasortir.com/sortie_read_new.php?Vac=&Id=21863401

Annonce sur TMS : https://www.toutes-mes-sorties.com/sortie-207644

Répondre
Denis
Messages: 7672
Moderator
(@denis)
Membre
Inscription: Il y a 11 ans

Nous y serons mon épouse et moi. À bientôt Jacques !

 

Répondre
1 Réponse
gilles
Admin Parrainé
(@gilles)
Inscription: Il y a 21 ans

Membre
Messages: 12506

@denis nous aussi

Répondre

Amazon, gratuit pour vous et entre 2% et 4% pour le site

timbuktu
Messages: 2647
Assidu
(@timbuktu)
Membre
Inscription: Il y a 5 ans

Un peu hors sujet, mais le musée du Louvre prépare (en 203/2024) une exposition temporaire sur le thème "les Amazones"

Répondre
gilles
Messages: 12506
Admin Parrainé
(@gilles)
Membre
Inscription: Il y a 21 ans

Elles passent aussi en clôture du festival + de genres à Marseille le samedi 25 Mars à 20h30  Amazones – Marinette Dozeville (Marseille 3ème) | Office de Tourisme de Marseille (marseille-tourisme.com) pour le prix faramineux de 5€ la place

A noter qu'aucun visuel n'est présent sur le site de l'office de tourisme

et voir aussi ce lien Festival + DE GENRES : célébrer la fluidité des identités (manifesto-21.com)

Répondre

Vente de videos vivrenu-tv, WNBR randonues

gilles
Messages: 12506
Admin Parrainé
(@gilles)
Membre
Inscription: Il y a 21 ans

Le spectacle de demain est prévu à 20h à gentilly 16 rue Charles Frérot 94250 Gentilly au générateur Festival Artdanthé #25 – hors les murs | Le Générateur (legenerateur.com) on s'apprêtait a aller au théâtre de Vanves

Répondre
jfreeman
Messages: 4320
VIP
(@jfreeman)
Membre
Inscription: Il y a 19 ans

Je les ai appelé et ils nous conseillent d'arriver avant 19h30 pour récupérer nos billets.

Avec Sylvie, on compte même arriver à 19h au cas où il y aurait de gros embouteillages.

Peut-être bien qu'ils accepterons que l'on soit, nous aussi, en "costume de scène" 🤣

 

NB On vous propose un covoiturage si vous venez également de la banlieue sud.

Répondre

Vente de videos vivrenu-tv, WNBR randonues

gilles
Messages: 12506
Admin Parrainé
(@gilles)
Membre
Inscription: Il y a 21 ans

Tres beau spectacle mêlant lenteur et dynamisme avec 7 danseuses Lucille Mansas, Lora Cabourg, Dominique Le Marrec, Fri Jolito, Delphine Mothes, Elise Lu, Léa Lourmiere (et Florence Gengoul édition 2022). Malheureusement photos interdites donc pas de media sur cet évènement à voir si ça passe dans votre secteur.

 

Le 16 mars 2023 voir l'article sur MaCulture.fr

 

MARINETTE DOZEVILLE, AMAZONES

Par Belinda Mathieu

Publié le 15 mars 2023

Marinette Dozeville développe depuis plusieurs années une recherche chorégraphique autour du Féminin, de ses mythes et ses représentations. Librement inspiré des Guérillères de Monique Wittig, roman à la poésie puissante et déroutante, dont la portée politique l’a érigé en ouvrage de référence de la pensée lesbienne, sa dernière pièce AMAZONES explore l’imaginaire évocateur et sensoriel de la pensée de Wittig. Sur scène, la chorégraphe réunit sept danseuses et explore l’énergie libératrice qui se dégage de la force d’un collectif de femmes, réconciliant la violence du combat et la douceur de l’utopie. Dans cet entretien, Marinette Dozeville partage les enjeux de sa démarche artistique et revient sur le processus de création dAMAZONES.

Dans Là, se délasse Lilith… Manifestation d’un corps libertaire (2018), tu investissais cette figure féminine de la tradition hébraïque, première femme de l’humanité et égale d’Adam qui a été effacée par la chrétienté. Quels étaient les enjeux de cette précédente création ?

Je questionne depuis une dizaine d’années la représentation des femmes à travers des mythes et des figures phares. C’est dans cette continuité que j’ai interrogé la figure de Lilith, un personnage qui m’a interpellée par la censure qu’il a subie. Il a été évincé des textes et de l’Histoire mythique, parce qu’il ne pouvait pas correspondre au modèle donné en exemple : la future mère de l’humanité. En écho à la violence de cette censure, et dans une démarche cathartique, j’ai voulu que Lilith commence par une scène de shibari, auto-attachée, auto-suspendue, la tête en bas. Car quoi de plus contraignant pour une danseuse que d’être privée de sa mobilité ? Pour cela, j’ai frappé à la porte de la Place des cordes à Paris pour me former à la pratique du shibari, et appris comment je pouvais m’attacher et me détacher par moi-même. Être attachée dans cette position est douloureux (toujours bien plus qu’on ne le pense…), et mon enjeu Lilithien était de chercher comment jouer et prendre plaisir dans cette situation, posant ainsi l’aspect provocateur de Lilith dans le fait qu’elle peut jouir de tout, et en toute situation.

Ta création AMAZONES s’inscrit-elle dans la continuité de cette précédente pièce ? 

Oui, tout à fait ! Elle est le fruit d’une remarque par rapport à Lilith d’une amie féministe qui m’a confié avoir perçu Lilith comme un personnage très solitaire. Cette remarque m’a accompagnée pendant longtemps et m’a poussée à poursuivre la réflexion, mais en travaillant cette fois-ci à une dimension plus collective et communautaire. Aussi, je souhaitais passer entre Lilith et AMAZONES, de la provocation à la désinvolture. La solitude d’une Lilith et la violence qu’elle a subie en termes de censure implique une démarche très frontale. Alors que dans AMAZONES, le groupe apporte une sororité, un soutien et un empuissancement par les autres, qui permet ainsi de lâcher un peu en termes de volonté et d’agressivité. Pour ne pas perdre le cap d’une radicalité, mais avec ici, la possibilité d’une utopie.

AMAZONES s’inspire librement du livre Les Guérillères de Monique Wittig. Quelle est ta relation à ce texte ? 

C’est un livre qui me fascine et pour lequel j’ai un immense respect, notamment parce que, chose rarissime, s’il impacte comme un essai politique, ce n’est pour autant pas un essai, mais un poème épique. Cette particularité ouvre un tout autre espace de rencontre : les mots impactent de leur pleine signification, mais sont aussi chargés d’une puissance évocatrice, d’une sensorialité, d’une matérialité et d’une imagerie très riches. Si ma rencontre avec Les Guérillères a provoqué le plein d’images mentales très fortes, j’ai eu envie de traduire ces images en danse, car je pense que ce que la poésie et la prose permettent en termes de rencontre entre une langue et son lecteur, la danse le permet aussi. Je trouvais intéressant de se confronter à ce message politique par d’autres biais que seulement le mental, le cognitif, ce que permet la danse. Le langage du corps amène paradoxalement à une forme d’abstraction, qui lorsqu’elle touche, touche de manière très forte. Peut-être parce qu’elle va dialoguer avec des dimensions plus archaïques, plus souterraines… 

Cette recherche autour des Guérillères s’articule à un autre ouvrage : Agrapha, de l’autrice luvan.

Si Les Guérillères fait partie de l’ADN de ce spectacle, nous avons en effet travaillé avec luvan, autrice contemporaine Française, féministe queer, avec qui j’avais déjà collaboré sur la création de Ma vie est un clip, et pour qui j’ai beaucoup d’admiration et d’affection. Avec son éclairage et celui de la comédienne Lucie Boscher, nous avons précieusement sélectionné des extraits d’Agrapha  (Editions La Volte), une ode à huit femmes, chacune venue d’horizons lointains, unies dans une grotte au cœur de la forêt. Ensemble, elles racontent ou taisent leur vie de recluses. Elles parlent mille langues en une seule et mêlent leur âme en un poème morcelé. luvan a également composé spécialement pour la pièce deux poèmes en Anglais, Slit et Ytterp, proses percutantes portées par Dope St Jude.

AMAZONES met en scène sept danseuses. Était-ce important que ce casting soit 100% féminin ? 

C’était important pour moi en effet que l’ensemble du casting fasse écho à « Elles », communauté conjuguée au féminin pluriel, dans ce qu’on appellerait une non-mixité choisie, y compris pour les postes peu représentés par des femmes. Je pense au poste de création lumière, qui a été porté par Louise Rustan et Agathe Geffroy, deux jeunes créatrices lumière qui ont été un bel exemple de sororité dans leur capacité à créer en binôme. Au plateau, j’ai convoqué sept danseuses, de 23 à 59 ans. Au-delà du propos, c’était aussi, très concrètement, l’occasion de donner du travail à des danseuses. Si la danse est pratiquée essentiellement par des filles et des femmes, aussi bien dans le milieu amateur que professionnel, c’est un milieu qui, en réaction à cette réalité, encourage, stimule, et développe même une forme de «fascination» pour l’homme qui danse. Je souhaitais aussi créer une pièce qui ait une vraie puissance de groupe portée par des danseuses. On a pu être habitué, en tant que spectateur·ices, à voir de magnifiques pièces de groupe pour des hommes qui sont tous en puissance et en envolées. Ces chorégraphies nous ont largement fasciné et enchanté, mais ont aussi contribué à nous mettre dans la tête que ce n’est pas possible de faire l’équivalent avec des femmes.

Peux-tu revenir sur ta collaboration avec la rappeuse sud-africaine Dope Saint-Jude et la comédienne Lucie Boscher pour AMAZONES ?

Je souhaitais jouer du contraste entre la fraîcheur, légèreté, fausse candeur portée par la voix cristalline de Lucie Boscher, et la voix chaude, chargée, puissante de Dope Saint-Jude, qui portent respectivement pour l’une, les extraits du livre Agrapha, et pour l’autre, les deux poèmes écrits en Anglais, Slit et Ytterp. C’était un pari pas simple à mener, mais je trouve que ça marche et que cet ensemble s’équilibre bien avec les corps que je considère comme des instruments de musique à part entière.

AMAZONES met en scène une forme de «puissance féminine» au plateau. Cette envie était-elle présente dès le départ ?

L’une des premières pratiques que nous avons expérimenté en studio explorait la zone du pubis pour générer du mouvement. Sur scène, on fait émerger une énergie pelvienne du bassin, à travers des ondulations permanentes, des vagues, plus ou moins incorporées, intériorisées. Elles sont parfois quasi invisibles et par moments clairement visibles. Entre nous, on appelle ça la pussy dance. C’est une émanation d’une énergie sexuelle qui est motrice de mouvement, comme un feu que l’on attise tout le long de la pièce. Je n’associe pas ce mouvement à quelque chose de féminin, mais je transmets forcément à travers le prisme de mon corps de femme cis. Je dirais aussi que dans cette pièce le corps prend beaucoup d’espace. C’est un corps gourmand et vorace. C’est une traduction chorégraphique à rebours de cette culture intégrée de la fille qui n’ose pas prendre la parole, faire du bruit, courir et bousculer les autres.

Conception et chorégraphie Marinette Dozeville. Interprétation Léa Lourmière, Elise Ludinard, Florence Gengoul, Frida Ocampo, Delphine Mothes, Lucille Mansas, Dominique Le Marrec, Lora Cabourg. Texte luvan. Musique Dope St Jude. Voix Lucie Boscher. Conseillère artistique Julie Nioche. Dramaturge Rachele Borghi. Photo © Marie Maquaire.

Le 17 mars, Festival Artdanthé / Le Générateur
Le 19 mars, Festival Guerrières / Mars – Mons arts de la scène
Le 25 mars, Festival + DE GENRES / KLAP Maison pour la danse, Marseille
Le 7 avril, ACB, Scène nationale, Bar-le-Duc

 

Répondre
jfreeman
Messages: 4320
VIP
(@jfreeman)
Membre
Inscription: Il y a 19 ans

 

 

Nous étions environ 150 spectateurs pour ces deux spectacles très originaux. 

Outre la belle chorégraphie des Amazones, j'ai également bien apprécié le spectacle de la jeune ukrainienne Olga Dukhovnaya et son discours militant sur la situation à l'Est de l'Europe. Elle nous a rappelé, par exemple, qu'à chaque fois qu'il y a un drame à Moscou, les médias (censurés) diffusent la musique du Lac des cygnes de Tchaïkovski (1877). 

 

Répondre

En savoir plus sur le Site de Rencontres entre naturistes

gilles
Messages: 12506
Admin Parrainé
(@gilles)
Membre
Inscription: Il y a 21 ans

 

A noter qu'en ce moment si vous etes du coté d'avignon , tous les 2 jours il y a ce spectacle amazones de la Cie Marinette Dozeville

Voir aussi l'article LaScierie – Focus sur un lieu particulier / Amazones et Enfance(s) [il faut donc que ceci soit un manifeste] (spintica.fr)

"

A côté de la jambe écologique, la question des œuvres est également au centre de l’attention de LaScierie. Il va sans dire que l’accueil des compagnies du Off d’Avignon se fait en cohérence avec les questions écologiques, sociales et solidaires. LaScierie choisit d’accueillir Amazones de Marinette Dozeville. S’inspirant du roman-poème Les Guérillères de Monique Wittig, Marinette Dozeville chorégraphie un septuor de femmes interprété par Léa Lourmière, Elise Ludinard, Florence Gengoul, Frida Ocampo, Delphine Mothes, Lucille Mansas, Dominique Le Marrec, Lora Cabourg et Sijia Chen. Une gouvernance horizontale pour un chœur dansant composé de corps et de gestes hétérogènes, entre combat, révolte et utopie. Amazones résonne des enjeux éco-féministes et interroge notre regard sur l’histoire de ces femmes guerrières, oscillant des nymphéïdes fantasmées aux craintes qu’inspirent les femmes sorcières. Le plateau se peuple d’évocations fugaces que le féminin trimballe toujours avec lui : il les exhume des terreaux de notre inconscient collectif et les retourne comme une crêpe. Il y a de la joie dans cette lutte qui renverse les figures : celle d’Eve ensemmençant la terre de fruits défendus croqués, savourés et crachés ; celle des nymphes associant le féminin à la mollesse sensuelle de l’élément liquide ; ou celle des sorcières autour des flammes de Sabbat… Et pour décoller ces images, il faut affirmer sa présence toute crue. La nudité est une conquête visant à décoloniser le corps féminin des tissus d’idéologie qui le recouvrent.

Ecume du visage, eau, feu, humus de la terre et pulpe du fruit se mélangent pour fabriquer un monde utopique, un monde refuge, un monde qu’il faudra bien défendre… La nudité naturelle des corps télescope toute exposition sexualisée, sans pour autant abolir la sensualité de l’être-là ou la puissance du désir d’être au monde : la nudité est affirmative et émancipatrice. C’est dans les flots de l’alliance chorale que les corps s’individualisent, que les échos apparaissent, que les a priori s’effondrent, que les fruits se répandent, et que les Amazones nous rappellent l’ancestralité des figures-mères de l’éco-féminisme.

"

 

VEN., 14 JUIL. À 15:35 ET 7 AUTRES DATES
LaScierie Avignon

Évènement organisé par Cie Marinette Dozeville

 

 
 
AUJOURD’HUI À 15:35
LaScierie Avignon

Évènement organisé par Cie Marinette Dozeville

 

 
 
CE DIMANCHE À 15:35
LaScierie Avignon

Évènement organisé par Cie Marinette Dozeville

 

 
 
MAR, 18 JUIL. À 15:35
LaScierie Avignon

Évènement organisé par Cie Marinette Dozeville

 

 
 
JEU, 20 JUIL. À 15:35
LaScierie Avignon

Évènement organisé par Cie Marinette Dozeville

 

 
 
SAM, 22 JUIL. À 15:35
LaScierie Avignon

Évènement organisé par Cie Marinette Dozeville

 

 
 
LUN, 24 JUIL. À 15:35
LaScierie Avignon

Évènement organisé par Cie Marinette Dozeville

 

 
 
MER, 26 JUIL. À 15:35
LaScierie Avignon

Évènement organisé par Cie Marinette Dozeville

 

 
 
VEN, 28 JUIL. À 15:35
LaScierieAvignon

Évènement organisé parCie Marinette

 

 

Répondre
Page 3 / 3
Partager :
Site du portail naturiste francophone VivreNu.com   :  rencontres-naturistes.com   lenaturisme photos   PubNat   nudismlife.com   tousnus.fr   photos.naturistes   Revues Naturistes Vintage   World Naked Bike Ride WNBR Cyclonudistes   tv-naturiste  VivreNu TV  ovh 500go