6 février 2023

Il est des nudités sur scène qui "passent" très bien


PhilE
Messages: 13850
Confirmé
Premier message du sujet
(@phile)
Membre
Inscription: Il y a 16 ans

https://www.orleans-metropole.fr/actualites/detail/soirees-performances-sorciere-divine

Soirées performances - Sorcière

divine

Publiée le 18/03/2021

Malgré la fermeture des théâtres au public, la Scène nationale d’Orléans avait à cœur de maintenir une partie de la programmation des Soirées performances 2021 afin de permettre aux artistes de partager leur travail avec les professionnels.

Culture Soirées performances - Sorcière divine

Merci à la Scène nationale d’Orléans, emmenée par François-Xavier Hauville, de ne pas avoir renoncé cette année aux Soirées performances, son festival provocateur, vecteur d’émotions et de sensations fortes, son ode libertaire au spectacle vivant. Car il a permis à une artiste merveilleuse, une diva divine, de rayonner sur scène.

Le bruit et la fureur, puis la douceur, la poésie. La performance I’m a bruja de Annabel Guérédrat est un uppercut. Il nous rappelle, à nous humbles mortels, combien assister à un spectacle en direct dans un théâtre procure un bonheur unique, combien le face-à-face entre un artiste et un spectateur est vital, essentiel, permettant à chacun d’explorer son humanité dans une frontière parfois ténue entre le frisson et le danger, de se mettre à nue. De mise à nue justement, il en est question dans le solo de la performeuse martiniquaise. Triomphante, victorieuse de la vie et de ses batailles, Annabel arrive nue sur scène sous un manteau de fourrure, perchée sur des talons aiguilles argentés, sous les arias de la prêtresse punk Nina Hagen, telle la diva encanaillée de Jean-Jacques Beineix.

Le ton est donné, une femme divinement femme, en chair et en os, en force et en fragilité, une femme qui a porté la vie qui a vécu mille vies, va nous faire passer par toutes les émotions, à travers son corps, instrument suprême, à travers le cri de son corps. Dans une transe divinatoire, une incantation dans laquelle elle convoque les vivants comme les morts, la danseuse revêt, une à une, cinq peaux de Brujas, de sorcières, femmes afro-caribéennes mixant des rituels Yoruba et de la Caraïbe, traversées par d’autres sorcières de la philosophie, de la musique, de la littérature, Audre, Bell, Nina, Valeska, pionnières subversives adulées par l’underground…

Quand Annabel parle des sorcières, elle parle des femmes tout simplement, libres, indépendantes, émancipées, libérées du joug patriarcal et de la société archaïque. Je, tu, vous, nous sommes toutes des sorcières, des brujas. Dans ce solo ensorcelant ancré dans une période post #MeToo, on est happés non pas par son corps ou ses attributs féminins, mais par son regard, son intensité. Tantôt diva, tantôt victime, tantôt guerrière, au son de Vivaldi, du krump ou de l’électro, inspirée aussi bien par les rituels afro-caribéens que par le hip-hop ou le butō, Annabel ne nous lâche jamais des yeux, jamais le cœur, elle nous prend par la main. Ses peintures de guerre sont des paillettes. La sorcière se bat, mais elle prend aussi soin d’elle, de nous. Il y a des monstres, des combats, de l’espoir, de la beauté, de la résilience dans I’m a bruja. Solo organique, chamanique, chargé en âmes, en énergie, en vision. Et à la fin, tel le phœnix, la sorcière renaît de ses cendres dans le strass et les paillettes, se réinvente comme si elle devenait son propre avatar, comme si elle se pixélisait pour entrer dans une autre dimension, numérique, métaphorique. Transcendant tout sur son passage. Une nouvelle pionnière est née.

11 Réponses
cendrinox
Messages: 5669
(@cendrinox)
Membre
Inscription: Il y a 15 ans

Les termes "performances", "performeurs", "performeuses", mots récents et à la mode pour désigner une manifestation à vocation artistique, me semblent déplacés, vu l'origine économique.

C'est comme si l'art était réduit à une obsession d'audience ...

Je sais bien que tu n'es pas le seul à les utiliser, mais tu seras peut-être plus enclin à piger cette subtilité qui coince.

Répondre
1 Répondre
PhilE
Confirmé
(@phile)
Inscription: Il y a 16 ans

Membre
Messages: 13850

@cendrinox : Je n'ai fait que citer l'article.

Ce mot est un décalque de l'anglais. Quand j'étais plus jeune, "performance" ne s'employait que pour les sportifs. Aujourd'hui, je crois qu'on peut dire qu'il est entré dans le vocabulaire, pour désigner le spectacle. Un danseur, un chanteur etc. est un "performer", ou "performeur", quand il s'agit de spectacle vivant. En bon français, on dirait "artiste de scène", pour ne pas le confondre avec un peintre ou un sculpteur, sauf si ce dernier peint en direct.

A ce sujet, je vous invite à voir les vidéos de "body painting" de Johannes Stötter, c'est spectaculaire.

Ou Andy Golub.

Ils peignent sur des corps nus, et en pleine rue souvent, comme par exemple à Time Square. (Oui, dans la pudibonde Amérique, qui quand elle est pudibonde ne l'est pas à moitié, mais parfois l'est beaucoup moins que chez nous).

 

Les anglicismes me hérissent quand il y a un mot français qui existait depuis longtemps et était compris de tous, et qu'on le remplace par un mot anglais (que parfois ni les Anglais ni les Américains n'utilisent, comme par exemple "brushing". De même, je tique quand je vois "rejouer la vidéo", "rejouer le disque", parce qu'en français, on lit une vidéo ou un disque. Je tique quand je lis "officier de police" pour "police officer" , "préjudice" à la place de préjugé etc., et je tique doublement quand je lis "swimsuit" ou "swimwear", une fois pour la langue française, et une autre en tant que naturiste).

Mais parfois, il n'y a pas d'équivalent. "Performance", il n'y a pas toujours l'équivalent en français, pour désigner une action sur scène (ou en captation vidéo) avec un côté assez hors normes. Deborah de Robertis nue devant l'Origine du Monde, c'est quoi? De l'art? Du théâtre? une manifestation? Il me semble que le mot "performance" conviendra, sauf si l'on m'en propose un qui serait clair et parlerait à tous.

 

 

 

 

Répondre

Soutenez vivrenu quand vous achetez par l'intermédiaire d'amazon, cliquez c'est gratuit

jacques_gana
Messages: 4176
(@jacques_gana)
Membre
Inscription: Il y a 19 ans

Les "performances" et les "installations" artistiques ont un point commun : on est très souvent proche du "n'importe quoi", qui est un terme bien de chez nous (le terme anglais équivalent c'est "bullshit", beaucoup moins élégant)

Répondre
3 Réponses
cendrinox
(@cendrinox)
Inscription: Il y a 15 ans

Membre
Messages: 5669

"N'importe quoi", ça me convient quand c'est mauvais. Cela me fait penser aux spectacles des années 70 qui voulaient casser tous les codes du théâtre ou autre, et beaucoup étaient mauvais; mais si l'on n'essaye pas, on ne connait pas leur valeur. Actuellement les spectacles explorent le nu, le sale, le déchet, le cruel ou "trash". Pourquoi pas ? Pour moi ça reste un "spectacle expérimental". Voilà, j'ai retrouvé l'expression, comme quoi les idées arrivent mieux par les échanges !

Si "performance"n'avait que l'acception sportive à l'origine, l'unique dont fait référence PhilE, ça pourrait passer parce que lorsqu'on désigne un spectacle de cirque d'acrobates, par exemple, c'est une performance sportive.

L'ennui, c'est le sens économique, et comme je le disais plus haut, ça coince. Je ne peux pas imaginer qu'un spectacle expérimental n'aie comme ambition que les like des réseaux sociaux. Un spectacle, expérimental ou pas, doit-il obéir aux mêmes règles comptables et économiques qu'une entreprise ?

Répondre
jean-mi77
Confirmé
(@jean-mi77)
Inscription: Il y a 11 ans

Membre
Messages: 3694

@cendrinox "Performance" est un mot anglo-saxon passé directement dans la langue française alors qu'il s'agit d'un faux ami, la traduction exacte étant "spectacle".

 

De même "opportunité" est un faux ami de l'anglais "opportunity", dont la traduction exacte est "occasion". Quand on a réfléchi et répondu positivement, par exemple, à l'opportunité de cesser d'être locataire pour acheter son appartement, on cherche ensuite les occasions.

 

On a dans le français tel que certains croient le connaître un certain nombre d'incongruités. Ainsi des "nominés" aux César, traduction (par Isabelle Adjani) de l'anglais "nominate". Ainsi chez les sportifs, comme Noah qui nous annonçait que demain il joue Connors, alors que c'est contre Connors (to play someone ; jouer Connors, c'est parier sur ses chances). Libre à chacun de faire comme à la télé, comme les voisins, et de ne pas se poser de questions. Moi je préfère interroger les possibilités d'évolution de la langue à la lumière de mes souvenirs scolaires, dans la classe de mon père.

Répondre
cendrinox
(@cendrinox)
Inscription: Il y a 15 ans

Membre
Messages: 5669

@jean-mi77 Rien de mieux que la base, afin de ne pas s'envoler. Souvent les mots d'ancien français nous reviennent façon boomerang, et notre latinité a bien raison de les accueillir à nouveau.

 

https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/performance/59512

 

Répondre
PhilE
Messages: 13850
Confirmé
Premier message du sujet
(@phile)
Membre
Inscription: Il y a 16 ans

J'ai appris que "& ", ça s'appelait une éperluette.

Je ne sais pas comment on dit en anglais.

Répondre
3 Réponses
otto
 otto
(@otto)
Inscription: Il y a 18 ans

Membre
Messages: 11

@phile "ampersand" dit-on en anglais. Merci de m'avoir appris comment ça s'appelle en français.

Répondre
jean-mi77
Confirmé
(@jean-mi77)
Inscription: Il y a 11 ans

Membre
Messages: 3694

@phile en français, c'est une esperluette.

 

pour "éperluette", voir là :

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89perluette

Répondre
PhilE
Confirmé
(@phile)
Inscription: Il y a 16 ans

Membre
Messages: 13850

@jean-mi77 Merci pour la précision.

Au fond de gorge, ma luette espère: c'est une espère-luette.

Répondre

Amazon, gratuit pour vous et entre 2% et 4% pour le site

Econu
Messages: 210
(@econu)
Membre
Inscription: Il y a 14 ans

Je suis assez en phase avec les définitions de la page https://www.cnrtl.fr/etymologie/performance qui différencient bien deux sens à ce terme (A et B sur la page citée) même si tous deux ont été empruntés à l'anglais : dans le domaine hippique puis sportif il s'agit des résultats, avec une connotation tirant vers l'exploit puisque dans ces domaines ce qui importe ce sont les bons résultats pas les mauvais (les "contre-performances" justement). Par contre dans le domaine artistique il s'agit simplement d'une représentation et il y a effectivement un faux ami en français entre ces deux sens puisque le public attend souvent de la performance artistique que l'artiste accomplisse quelquechose qui tiendrait de l'exploit alors que l'on n'est pas ici dans le sens sportif du terme.

Effectivement les termes performance et installation recouvrent le plus souvent des démarches expérimentales, que l'on peut mettre dans le grand sac du "n'importe quoi" lorsque l'on y adhère pas mais qui font tout de même avancer l'histoire de l'art (même ce qui conduit à des impasses est nécessaire, justement pour montrer qu'il s'agit d'une impasse et qu'elle a été explorée) et on croise tout de même un certain nombre de perles au sein des ces performances et installations.

A toutes les époques de nombreux artistes novateurs aujourd'hui reconnus ont été rejetés par le grand public, cela ne signifie pas que tous les artistes aujourd'hui rejetés seront tous reconnus à l'avenir, ni même qu'il faille être rejeté pour être reconnu par la suite... Ce serait trop simple...

Répondre
Partager :
Site du portail naturiste francophone VivreNu.com   :  rencontres-naturistes.com   lenaturisme photos   PubNat   nudismlife.com   tousnus.fr   photos.naturistes   Revues Naturistes Vintage   World Naked Bike Ride WNBR Cyclonudistes   tv-naturiste  VivreNu TV  ovh 500go