Index du Forum » » La Sablière ( France - Languedoc-Roussillon - Gard - 30 430 )

Auteur

Rachat du domaine naturiste de la Sablière par les naturistes
jeanclaude91150
2346      
 Membre confirmé

  Posté : 04-09-2017 23:27

Citation : neyok 

Citation : agentsmith 

"Tout ces petits campings deviennent textile. ? pourquoi."

Sans vouloir jouer les prophètes, il parait évident que la Sablière restera officiellement naturiste quel que soit le repreneur, parce que c'est sa spécificité et la clientèle ne va pas disparaitre comme ça. C'est ce qui s'est passé au CHM de Monta en 2000 et quelques. Il faudra supporter de nouveaux clients plus textiles ici et là, c'est tout.



Moi je vais faire au contraire l'oiseau de mauvaise augure. "Spécificité naturiste", "il y a des résidents [naturistes] à l'année", " la plage est naturiste", "arrêté municipal de l'an -12 avant JC autorisant le naturisme, blabla...et j'en passe, c'est mot-à-mot ce qu'on disait de la Grande Cosse. Aux dernières nouvelles, textile depuis cette année 2017, le camping la Grande Cosse marche du tonnerre, bcp mieux qu'avant semble-t-il. Bref, les nouveaux proprio (le groupe Franceloc) ont fait ce qu'ils ont voulu, le naturisme ils s'en cognaient comme de l'an 40, et moralité les acquis du passé ne sont pas du tout ceux du futur!

Message édité par : neyok / 04-09-2017 22:08

 

Je suis d'accord avec toi. Il y a de nombreux investisseurs dans des campings, qui rêvent de pourvoir transformer les bords de la Céze en camping textile, du fait du site remarquable. Ils seraient assurer de faire le plein, comme à la Grande Cosse.

Une fois la Sablière acheté, ils mettraient aussi des panneaux naturisme interdit sur leur plage.

ET comme à la Grande Cosse cela ne générait pas les textiles.

Mieux, les textiles pourraient traverser la Cèze et venir sur la plage de la Genèse, rien ne leur interdit, alors que si un naturiste allait sur la plage textile de la Cèze, il serait rappeler à l'ordre. Pire, la nouvelle direction, pourrait appeler les gendarmes. Et si ils y avaient de nombreux incidents, pourrait porter plainte.

Ne pas oublier que il y à toujours ce fameux article 222-32, hélas au dessus de nos têtes. Un textile aura toujours raison, un naturiste non.

Et à force de plaintes successive de la part du camping textile, le maire du coin, pourrait très bien prendre un arrêté d'interdiction sur les plages de la Cèze. Cela serait la fin du naturisme, sur cette rivière, et tous les campings deviendraient textile. Plus d'un directeurs de camping textile en rêve.

Il est plus facile pour un maire de prendre un arrêté d'interdiction du naturisme, que l'inverse.




Cet article provient de VivreNu

https://www.vivrenu.com/viewtopic.php?topic=24665&forum=55