16 juillet 2024

Emprisonnée pour avoir dansé nue dans les rues de Paris

Gypsy Taub militante de la liberté corporelle de San Francisco, Gypsy Taub, a été emprisonnée à Paris pour avoir dansé nue dans les rues. Elle a passé la nuit en prison, ce qui lui a fait manquer, elle et ses 3 enfants, leur vol de retour à New York le lendemain matin. Les accusations ont été abandonnées le lendemain.

Lun, 21 août 2017 2:44

C’est l’histoire de ma récente arrestation et d’une nuit passée en prison à Paris. J’ai été accusé d’« outrage à la pudeur » pour avoir dansé nue dans la rue.

Je m’appelle Gypsy Taub (mon nom légal est Oxane Taub). Je suis une militante pour la liberté du corps à San Francisco. Je suis originaire de Russie.

Je suis allée à la station nudiste du Cap D’Adge, en France, avec ma fille Inti Gonzalez (16 ans) et mes fils Nebo Gonzalez (14 ans) et Daniel Gonzalez (12 ans).

Un partisan de mon activisme pour la liberté corporelle nous a invité au Cap D’Agde. Sur le chemin du retour, nous étions à Paris pour une journée.

Mes enfants et moi avons visité la cathédrale Notre-Dame et marchions sur la Seine lorsque nous avons entendu un vieux musicien de rue jouer une chanson russe « Ochi chorniye » et jouer de l’accordéon. J’ai dû m’arrêter et écouter. D’autres chansons amusantes ont suivi et j’ai commencé à danser, habillé au début. Après quelques chansons, j’ai décidé qu’il était temps pour un peu d’activisme pour la liberté corporelle et un peu de plaisir. J’aime danser, surtout danser nue.

Je me suis mise nue et j’ai dansé pendant 20 bonnes minutes, sinon plus. Des bateaux passaient, beaucoup de gens souriaient, saluaient, filmaient avec les caméras de leur téléphone. J’ai remarqué un sourire d’une jeune femme musulmane. Elle est restée là à me regarder danser.

Mes enfants Inti et Daniel étaient à l’affût des flics pendant tout ce temps pendant que Nebo me filmait en train de danser.

Tout à coup, ma fille Inti a crié : « Les flics, les flics, ils sont sur un bateau ! » J’ai rapidement attrapé ma jupe enveloppante de soie jaune, je me suis enveloppée dedans et j’ai couru dans les escaliers dans la rue. Mes fils m’ont dit plus tard qu’environ 4 flics avec des gilets pare-balles et des fusils d’assaut Famas m’ont couru après. Alors qu’ils passaient devant le musicien de rue, il leur a crié dessus en condamnant leurs actions.

J’ai trouvé un endroit idéal pour me cacher – derrière une vieille commode que j’ai trouvée devant un bâtiment. J’aurais pu si bien me cacher derrière mais je ne pensais pas que les flics me pourchasseraient aussi loin et je ne me cachais pas très bien. Quand les flics sont finalement arrivés, ils sont presque passés devant moi, mais comme mon bras était un peu visible, ils m’ont trouvé.

Ils m’ont demandé si j’étais celle qui avait dansé nue et pourquoi. Je leur ai dit que c’était moi et que je le faisais pour le plaisir. Les 2 flics n’arrêtaient pas de me poser des questions sur mon identité pendant 20-30 minutes. Puis un gros fourgon de police est arrivé avec 3 ou 4 autres flics. L’une d’elles était une brune blanche au début des années 40. Elle était vraiment énervée que je danse nue. J’avais déjà donné aux flics des versions mal orthographiées de mon nom, mais une fois que la camionnette est arrivée, j’ai réalisé que je n’allais pas m’en sortir si facilement et je leur ai dit que mes enfants avaient mon passeport. Ils m’ont mis dans leur camionnette (pas de menottes, juste la ceinture de sécurité). Aux États-Unis, les flics roulent séparément des personnes arrêtées, mais dans cette camionnette, je roulais dans la même zone que tous les flics (sauf le chauffeur qui était séparé de nous par un mur de verre). Ils m’ont emmené aussi près que possible de l’endroit où j’avais dansé, puis ils sont partis à pied à la recherche de mes enfants. En attendant, ils m’ont dit de rester dans la camionnette et de ne pas enlever ma ceinture de sécurité. C’était drôle comme ils craignaient que je m’enfuie et utilisent une ceinture de sécurité au lieu de menottes. Je ne sais même pas s’ils avaient des menottes.

Ils ont trouvé mes enfants, les ont ramenés et les ont tous chargés dans la même camionnette pendant que certains des flics devaient s’asseoir par terre avec nous.

Mon fils Nebo a secrètement allumé son téléphone et a commencé à enregistrer. La policière s’est vraiment énervée quand elle l’a remarqué. Elle a éteint son téléphone. Nous sommes tous arrivés au poste de police.

Nous étions là pendant des heures. Les enfants étaient vraiment fatigués. Nous avons demandé aux flics s’ils pouvaient ouvrir la cellule de prison adjacente à leur bureau et laisser les enfants s’y allonger. Ils ont accepté. J’ai trouvé drôle comment ils laissaient mes enfants dormir dans la cellule de la prison.

Quand je parlais aux officiers qui sont arrivés à la suite, ils étaient assez favorables à mon activisme. Je leur ai dit que j’étais une activiste et ils m’ont demandé pourquoi. J’ai dit que j’étais une militante de la liberté du corps. L’un des jeunes flics a dit : « La liberté corporelle, pourquoi pas ? » Tous les officiers masculins (il y en avait environ 4 ou 5) semblaient être de mon côté. Il y avait 2 autres femmes flics qui étaient très gentilles, mais la flic originale essayait de causer autant de problèmes que possible.

Elle essayait de me causer des ennuis pour exposition indécente devant des mineurs. Elle était vraiment énervée par la vidéo que nous avons prise dans le fourgon de police parce que je refusais de lui donner le mot de passe de mon téléphone. J’ai dit que j’étais prêt à supprimer la vidéo devant elle. Elle a accepté, mais dès que j’ai entré le mot de passe, elle m’a arraché le téléphone et est partie avec. Environ une heure plus tard, on m’a demandé le numéro de téléphone de mon ami qui pouvait venir chercher les enfants. J’ai dit aux flics que son numéro de téléphone était dans mon téléphone même s’il était sur un morceau de papier et non dans mon téléphone. Ils ont dû me rendre le téléphone, ce qui était exactement mon plan. Je n’étais pas content que les flics fouinent dans mes photos et vidéos personnelles. Quand ils m’ont rendu mon téléphone, je l’ai éteint. Je leur ai dit : « Oh oui, j’ai en fait le numéro de mon ami sur un morceau de papier dans mon portefeuille. » Après cela, ils m’ont demandé mon mot de passe à nouveau et j’ai dit non. La policière s’est encore plus énervée. Nous avons également eu une petite confrontation avec une autre policière qui était là pour une courte période.

C’était une jeune fille noire potelée qui parlait très bien anglais.

Les enfants et moi avions une discussion animée. Elle est venue vers nous et nous a dit : « Tais-toi ! Je vous dis que vous n’avez qu’à vous taire! Tais-toi, OK? »

Je ne prends pas ça à la légère quand les gens insultent mes enfants. Je lui ai dit : « Ne parle pas à mes enfants comme ça ! Vous pouvez nous dire de nous taire, mais vous n’avez pas le droit d’être impoli. » Étonnamment, elle n’a rien fait en réponse, je suppose que son pouvoir se limitait à mal me parler. Quoi qu’il en soit, elle m’a écoutée. Elle s’éloigna de l’autre côté de la pièce et dit: « Tais-toi! » Elle s’est comportée de la même manière le reste de la nuit.

De nombreuses heures ont passé. La policière faisait de son mieux pour me faire emprisonner même si nous avions un vol à prendre le lendemain matin. J’ai parlé aux flics de notre vol et que nous ne pouvions pas nous permettre de nouveaux billets, mais la policière n’avait aucune pitié. Le reste des flics se sentait mal, c’était évident. Les 2 autres femmes étaient super sympas et ont essayé d’être utiles autant qu’elles le pouvaient. Les flics masculins étaient presque exagérément polis lorsqu’ils nous donnaient de l’eau et nous escortaient jusqu’à la salle de bain. Vraiment, à part cette femme flic, tout le monde espérait que nous serions libérés.

À un moment donné, on m’a informé que les accusations avaient été déposées et que je devrais rester au moins jusqu’à 10 heures du matin, ce qui signifiait que je manquerais mon vol pour New York.

J’ai été interrogé par un enquêteur. Le lendemain, l’entrevue serait donnée au juge et de cette façon, je n’aurais pas besoin de voir le juge à moins qu’il ne choisisse de passer à un niveau supérieur. Un flic, l’interprète, le défenseur public et mon ami nudiste qui vit à Paris m’ont dit que les charges seraient abandonnées et que je serais libéré le matin même si selon les livres je pourrais aller jusqu’à 3 ans de prison pour outrage à la pudeur. En France, toute nudité publique est considérée comme une exposition indécente. Il n’y a pas de différenciation entre la nudité sexuelle et non sexuelle. Cependant, ils semblent appliquer cette loi d’une manière très indulgente. Dans la plupart des cas, tout ce que vous obtenez est une nuit en prison jusqu’à ce que les accusations soient abandonnées le matin.

Mon défenseur public a mentionné un cas datant de 2014. Un artiste nommé Stephen Cohen a été arrêté pour avoir montré son pénis en public. Il dansait devant les touristes et les religieuses avec un coq attaché à son pénis. Sa défense était que c’était une performance artistique, la même défense que j’utilisais. Il a été reconnu coupable, mais aucune peine n’a été imposée.

Leur façon de gérer les entrevues était très intéressante. Un enquêteur a été chargé de m’interroger. C’était un flic ordinaire dans ses 50 ans. On m’a donné un interprète et un défenseur public. L’entretien a duré plus d’une heure. On m’a posé tellement de questions sur ma vie, ma situation économique (on m’a dit que le procureur prendrait une décision sur l’opportunité de me donner une amende en fonction de ma situation économique). Ils m’ont posé des questions sur mon mariage et autres. C’était intéressant de constater qu’ils ont passé beaucoup de temps à essayer de comprendre et de documenter mon activisme. Au moins la moitié de l’interview portait sur mon activisme, ma protestation, mes sites Web, blogs, etc. Je leur ai donné mon nom d’activiste (Gypsy Taub) et leur ai dit qu’ils pouvaient me chercher sur Google.

Ils ont rapidement trouvé mes photos à l’hôtel de ville avec des flics, puis plus tard, ils ont googlé mes photos de mariage. Ils étaient très intéressés par mon activisme et étaient très divertis. Le défenseur public s’est assuré d’écrire l’URL des photos de mariage. C’était un homme progressiste plus jeune et il était très serviable. Il était censé rester silencieux tout au long de l’interview. Mais il a continué à intervenir et l’enquêteur lui a posé des questions de temps en temps. L’interprète était également assez jeune, probablement à la fin de ses 20 ans. Il était clairement de mon côté et m’a beaucoup soutenu tout le temps. J’ai continué à faire des blagues et tout le monde a ri et a ajouté ses propres commentaires humoristiques. Cela ressemblait à une petite fête informelle plutôt qu’à un interrogatoire de police.

Nous avons passé un certain temps à discuter de l’influence de la France sur le reste du monde. Je leur ai dit que le monde entier avait été libéré par la France. La France a apporté tant de libération sexuelle, tant d’art, de musique, tant de liberté corporelle à ce monde. L’enquêteur (un flic d’apparence assez ordinaire de 50 ans) a déclaré: « C’était il y a longtemps. » Je lui ai dit : « J’essayais de faire revivre l’esprit de Paris. » Il a répondu : « C’est mort. » J’ai dit : « Oui, c’est ce que j’ai découvert ». Tout le monde a ri.

On m’a dit que le procureur pourrait choisir de supprimer les vidéos de moi dansant nue parce qu’elles étaient considérées comme criminelles. Maintenant que j’ai révélé que je prévoyais de poster les vidéos sur Youtube ils craignaient qu’ils soient publiés. Ils n’arrêtaient pas de me demander le mot de passe de mon téléphone et m’ont dit que si le procureur choisissait de les supprimer, ils pirateraient mon téléphone de toute façon.

Je leur ai dit : « En m’emprisonnant et en menaçant de supprimer mes vidéos, vous manquez de respect à votre propre histoire culturelle. » L’enquêteur a pris mon message au sérieux et a immédiatement commencé à se défendre. Il a dit: « J’espère que vous réalisez que ce n’est rien de personnel contre vous, nous faisons juste notre travail. » La question du mot de passe de mon téléphone n’a plus jamais été soulevée.

Après l’entretien, j’ai de nouveau été escorté dans ma cellule. Il y avait un toilette là-bas qui sentait tellement mauvais que j’ai failli vomir et que j’ai eu la nausée pendant les 2 premières heures jusqu’à ce que je m’y habitue. Il y avait un robinet d’eau mais pas de serviettes et pas de papier toilette. J’ai dû dormir sur un banc rembourré qui n’avait pas été nettoyé depuis des mois et on m’a donné une couverture qui sentait comme si elle n’avait pas été lavée depuis des mois, voire des années.

Le matin, j’ai été libéré. Les flics étaient très heureux de me voir libérée. La méchante femme flic était partie à ce moment-là.

C’est drôle comment tout cela s’est passé. La méchante policière a fait de son mieux pour me baiser et était si heureuse quand elle a réussi à porter plainte contre moi. Elle brillait de joie quand elle a obtenu ce qu’elle voulait. Mais ce qui est drôle, c’est qu’elle m’a vraiment aidé. Parce que je n’avais qu’une journée à Paris et que je voulais vraiment rester plus longtemps. Grâce au fait de devoir rester en prison et de manquer mon vol, j’ai pu passer une journée supplémentaire à Paris avec mes enfants. Mon ami a réussi à changer nos vols pour le lendemain matin sans trop de sacrifices. Mes enfants et moi passons le lendemain à explorer Paris. Nous avons vu de très beaux bâtiments, pris beaucoup de superbes photos, entendu et dansé sur de la musique de rue géniale et plus tard dans la nuit, nous avons fait un tour de Paris dans l’un de ces vélos / chariots motorisés qui ressemblaient à une voiturette de golf modifiée. Nous sommes allés à la Tour de l’Eifel à minuit, elle était tellement plus belle que sur les photos.

Donc, à la fin, la méchante policière a fini par nous aider, mes enfants et moi, à profiter de Paris un jour de plus malgré ses intentions mesquines. Ou peut-être était-ce une intervention divine ?

En fait, je suis heureuse d’avoir été arrêtée et détenue, heureuse d’en avoir appris davantage sur cette planète, et en particulier sur Paris et la lutte que ses habitants ont avec les nouvelles influences conservatrices / yuppies sur leur culture autrefois libérale et libératrice.

§danse nue à Paris – les flics arrivent

§À l’intérieur du fourgon de police – arrêté pour avoir dansé nu dans la rue

http://www.mynakedtruth.tv/

Source https://www.indybay.org/newsitems/2017/08/21/18801990.php?show_comments=1

voir forum https://www.vivrenu.com/forum-du-naturisme/naturisme-et-droit/interdiction-de-la-nudite-a-san-franscico-usa–gypsy-taub-nudist-activist/

5 2 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
8 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
TORENU
30 octobre 2022 21h32

Absolument géniale. Montrer aux français qu’ils ont perdu chez eux la liberté dont ils se revendiquent tant à travers le monde.
Je ne suis pas sur qu’une danseuse à la carte d’identité bien française ait bénéficié d’autant de mansuétude. Apparemment l’application des lois dépend bien de la personnalité de l’autorité qui applique: selon que tu sois puissant ou misérable…

chrisnat33
31 octobre 2022 10h00

Comment dire ? C’est beau de voir une dame toute nue en train de danser dans la rue. Elle ne fait de mal à personne et le corps humain n’est pas indécent. Que faisait-elle de mal ? D’autant plus que personne ne s’y opposait. Certains semblaient même ne pas la voir…

PhilE
2 novembre 2022 0h13

L’article sent le traduit de l’anglais. “Criminal” ne se traduit pas par “criminel”, mais par délictueux. Et emprisonnée désigne ici placée en garde-à-vue. Défenseur public, c’est l’avocat.
Elle s’en tire bien, tant mieux pour elle, et je ne peux m’empêcher de penser qu’un homme faisant la même chose aurait eu beaucoup plus d’ennuis.

Denis
Éditeur
4 novembre 2022 19h05
Réponse à  PhilE

Il y a aussi le fait qu’elle est étrangère, que la garde à vue lui a fait perdre son vol de retour ce qui est déjà une sanction, même si elle s’en félicite après-coup. Et au cas où le parquet aurait décidé de poursuivre, elle n’aurait certainement pas pu se rendre à l’audience, ni même souhaiter se faire représenter par un avocat pour un peine qui aurait été probablement très faible, quelques centaines d’euros tout au plus. Donc nos policiers ont fait preuve de pragmatisme, et avec un homme cela aurait été la même chose.

Dernière edition 1 année passé(e)s par Denis
PhilE
5 novembre 2022 18h24
Réponse à  Denis

D’accord avec ton message, sauf ta dernière phrase. D’abord, ce ne sont pas les policiers, mais le procureur, qui décident ou non de poursuivre. Ensuite, je doute qu’un homme aurait eu le même traitement. On peut convoquer un étranger, qui est normalement tenu de venir ou de se faire représenter. Et la police et la justice ont pu engager des frais conséquents pour des affaires se soldant par quelques centaines d’Euros, ou avec du sursis (donc pas un centime dans les caisses de l’Etat), ou par une relaxe, comme dans plusieurs procès dont nous avons parlé sur vivrenu. Supposons quelqu’un arrêté pour nudité simple: au pire, les amendes, c’est en effet quelques centaines d’Euros ferme. Mais l’intervention des policiers, le placement en g-a-v, l’avocat commis d’office si le prévenu entre dans les catégories qui y ont droit, le temps que ça prend aux services de la justice pour ouvrir et instruire un dossier, puis juger l’affaire, tout ça coûte des centaines d’Euros à la société. Et si le condamné doit payer les frais de justice, je crois que c’est en gros 120€, ça ne paie même pas le temps passé par le greffier pour enregistrer la condamnation.
Sans parler du procès de Périgueux, où les gendarmes avaient fait décoller un hélicoptère: ça coûte combien, la minute de vol d’un hélicoptère?
Mais il parait que la police et la justice manquent de moyens…

PhilE
6 novembre 2022 22h35
Réponse à  gilles

Au moins n’a-t-elle pas tenté d’assassiner Nancy Pelosi:..

roseaunu
9 novembre 2022 11h10

Très intéressant ! Le déclin de la liberté de nudité dans notre société est bien mis en évidence, mais en positif on peut noter que cette dame a tout de même pu danser plus de 20 mn avant que les flics débarquent alors que des centaines de personnes ont du la voir … plutôt rassurant quant à l’ouverture d’esprit des parisiens et touristes ?

Site du portail naturiste francophone VivreNu.com   :  rencontres-naturistes.com   lenaturisme photos nudismlife.com   tousnus.fr   photos.naturistes   Revues Naturistes Vintage   World Naked Bike Ride WNBR Cyclonudistes   tv-naturiste  VivreNu TV  o2switch
8
0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x