16 juillet 2024

Protestation de 2 femmes nues (new zealand)

« Je ressentais la violence vis à vis de toutes les femmes »

Jazmine Rose Phillips, protestatrice et artiste de performance, parle à Anke Richter de l’agression et de l’inaction policière qui ont conduit à sa protestation nue sur Karangahape Road.

En ce début d’année 2019, les artistes de performance Kyah Dove et Jazmine Rose Phillips se sont tenus nues et couvertes de faux sang devant St Kevin’s Arcade sur Karangahape Road. En janvier, Phillips et sa partenaire (pas Dove) ont été agressées par un homme sur K Road. Elle affirme que la police a ignoré leur appel au 111 et a plus tard renvoyé sa partenaire qui voulait signaler le crime.

Depuis sa protestation publique, cette jeune femme de 26 ans, qui participe ce mois-ci au festival Fringe d’Auckland avec son spectacle Rosemary, affirme qu’elle est soudainement traitée comme une VIP par la police, notamment avec un trajet en voiture avec chauffeur jusqu’au commissariat mardi où elle a enfin déposé une plainte. Une enquête interne est en cours.

Des personnes venant d’aussi loin que l’Islande vous ont contactée depuis la publication de votre photo à l’échelle internationale. Vous attendiez vous à ce genre d’attention ?

Pas du tout, bien que j’aie déjà fait de l’activisme et de l’art de la performance auparavant. Cette protestation ne concernait pas moi ou nous, mais toutes les femmes qui n’ont pas les moyens de s’exprimer. Je pensais que la police viendrait nous arrêter, qu’un article serait écrit à ce sujet, et qu’ils auraient l’air vraiment ridicules.

Personne ne vous a arrêtée. Aviez-vous obtenu le soutien de St Kevin’s Arcade à l’avance ?

On ne demande pas la permission pour une action politique ! [rires] Jamais ! Nous l’avons fait sur K Road parce que c’est là que s’est produite l’agression, et il y a beaucoup de personnes vulnérables là-bas. Nous avions une équipe de soutien d’amis avec nous pour notre sécurité et pour être nos yeux et nos oreilles pour le public.

Et vous aviez votre partenaire de performance.

Oui, j’avais des picotements dans la main à force de tenir la main de Kyah si fort pendant si longtemps. Il y avait des moments où j’étais en colère et des moments où je pleurais. Parce que même si c’était un acte de performance, je portais le poids de mon propre traumatisme par-dessus tout cela et je ne m’étais pas donné suffisamment de temps pour guérir au cours des dernières semaines. Je ressentais la violence envers toutes les femmes – toutes les histoires que j’ai entendues d’amis, de ma mère, où la police ne réagissait pas aux violences conjugales, certaines aboutissant à des blessures graves et à la mort. Toutes les réponses sont venues trop tard et n’ont pas été traitées comme elles auraient dû l’être.

Que s’est-il exactement passé pour vous et votre petite amie le 21 janvier ?

Nous rentrions d’un restaurant vers 22h20. Je me suis arrêtée à un coin de rue pour montrer la lune et j’ai pris ma partenaire dans mes bras. Une camionnette s’est arrêtée à notre hauteur et l’homme à l’intérieur a commencé à faire des gestes obscènes, vraiment dégoûtants. Alors j’ai tapé sur sa vitre pour l’arrêter. Il est sorti et m’a frappée à l’arrière de la tête. Il était très agressif, alors nous avons dû fuir. Ensuite, nous avons appelé le 111.

Cet appel a été ignoré ?

La police ne s’est jamais présentée (la police a dit qu’elle les contacterait ce soir-là ou ferait un suivi le lendemain). Ensuite, ils nous ont dit qu’ils vérifieraient les images de vidéosurveillance, mais ils ne l’ont pas fait. Donc ma partenaire est allée là-bas, essayant de me soutenir même si c’était difficile pour elle, et on l’a renvoyée parce que je n’étais pas là [aussi]. Il est arrivé un moment où je me suis dit : « Je ne pense pas pouvoir même gérer le fait de rentrer dans un commissariat de police et subir ce genre d’abus ».

Mais mardi, vous y êtes finalement allée.

Après la protestation, la police était vraiment désireuse de coopérer. Ils sont venus me chercher à mon travail en voiture et m’ont emmenée au commissariat. Je n’avais jamais fait de rapport de police auparavant. C’est une expérience vraiment éprouvante, même si ce n’était pas à propos d’un viol ou d’une blessure grave. Pourtant, cela a pris deux heures et a été vraiment traumatisant. J’avais un enquêteur et un sergent là-bas. Vous devez passer en revue encore et encore tout dans cette pièce très stérile, ce qui vous fait sentir un peu fou et douter des choses que vous savez. Je ne peux pas imaginer faire ça après une agression sexuelle violente. Dans la plupart des cas, le rapport de police est mis dans un dossier qui n’est pas exploré parce que c’est trop difficile.

Le problème, c’est que la plupart des victimes n’arrivent jamais à ce stade.

Je n’en suis arrivée à ce stade que parce que je me suis tenue nue dans les rues et que cinq articles ont été publiés avec ma photo.

Est-ce un double tranchant d’utiliser la nudité pour mettre en évidence le sexisme et la violence ?

Je voulais avoir un message très clair qui dévoilait les erreurs de la police et montrait la violence contre les femmes d’une manière à laquelle les gens pouvaient s’identifier, d’où les mots et le sang. La nudité n’est pas seulement un facteur de choc, mais peut toucher les cordes sensibles. Je n’aime pas que mon corps soit politique, mais c’est le cas. C’était nécessaire de le faire pour que la police m’écoute. Et il est impossible de partager ces images de nous d’une manière sexiste, même dans le Daily Mail.

Comment était-ce de rester nu et immobile pendant une heure, en étant scruté de si près ?

Les réactions étaient vraiment belles. Je me suis sentie soutenue à 100% dans la rue – des gens qui venaient vers nous en larmes et nous remerciaient. Quelques femmes sont venues me prendre la main. Un vieil homme est venu me regarder dans les yeux. Cela m’a fait pleurer.

Aucun commentaire obscène ou agressif ?

Il y avait beaucoup d’hommes qui passaient en voiture, à une certaine distance de nous. En tant que femme, vous pouvez ressentir la différence entre un homme qui passe et vous fait un signe de tête pour prendre une photo de votre protestation et la partager – ou un homme qui vous prend quelque chose en prenant une photo de cette manière. Toutes les personnes qui étaient près de nous étaient tellement confrontées qu’elles ne pouvaient pas répondre de manière négative.

Qu’en est-il des réactions en ligne ?

Assez accablantes. Tant de personnes me racontant leurs histoires, leur frustration de ne pas être entendues. J’ai reçu un message d’une femme dont l’ex-partenaire s’est présenté chez elle et lui a mis un fusil à la tête. Quand la police est arrivée après son appel d’urgence, elle n’a reçu aucun soutien. Un policier lui a dit : « S’il voulait te tuer, il l’aurait fait ». Elle m’a demandé comment elle pouvait obtenir des réponses, comment faire bouger les choses. C’était déchirant. Les systèmes autour de ces problèmes sont tellement défaillants.

La police a maintenant annoncé une enquête interne sur votre cas.

Lorsqu’ils travailleront avec moi sur cela, je veux des personnes qui comprennent réellement ces problèmes. Pas la police qui publie des déclarations comme elles l’ont fait cette semaine, en disant : « Nous travaillons très dur pour résoudre les problèmes ». Elles l’ont dit pendant des années. Je veux qu’elles regardent réellement ce qui ne va pas dans leur système.

Juste pour être clair : je ne suis pas payée pour me tenir nue dans la rue en demandant qu’ils soient meilleurs. Je ne suis pas payée pour avoir ces discussions et ces interviews. La police est une organisation composée de milliards et de milliards de dollars, et même si je veux qu’ils changent, c’est un peu risible que tout à coup, ce soit de ma responsabilité qu’ils fassent leur travail.

Vous sentez-vous mieux maintenant que vous avez déposé une plainte ?

Cela ne m’a pas donné une grande satisfaction. Je ne sais pas quelle est la procédure habituelle – dans mon cas, avoir un appel au 111 ignoré jusqu’à ce que le traumatisme devienne si grand que vous n’y retournez jamais, n’est-ce pas ? Je n’ai été récupérée et conduite au commissariat que parce que j’ai répondu de manière si publique. Et ce n’est pas acceptable. Comme la femme qui m’a contactée l’autre jour, cela ne lui est pas arrivé. Et elle vit toujours dans la peur. Ce n’est pas acceptable non plus. Je ne suis pas chez moi, effrayée. Pour moi au moins, c’était un inconnu.

Votre agresseur peut-il maintenant être arrêté ?

Il y a une certaine confusion autour du fait que son numéro de plaque d’immatriculation a été annulé l’année dernière. Nous ne savons pas s’il était dans un véhicule volé ou si nous n’avons pas donné le bon numéro lors de l’appel au 111. Donc, à ce stade, il est peu probable qu’il soit arrêté. C’est un peu ridicule.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
marcusfran
15 août 2023 0h57

Toutes les femmes ont le droit de manifester et de préserver leurs droits. être seins nus n’importe où et porter des vêtements facultatifs si nécessaire. Il faut les entendre avant la violence !

marcusfran
15 août 2023 2h46

Elle est ma soeur. Elle considère une militante naturiste féministe défenseure de tous les droits des femmes et a pris cette photo de chez elle comme un acte de protestation et de soutien.

Site du portail naturiste francophone VivreNu.com   :  rencontres-naturistes.com   lenaturisme photos nudismlife.com   tousnus.fr   photos.naturistes   Revues Naturistes Vintage   World Naked Bike Ride WNBR Cyclonudistes   tv-naturiste  VivreNu TV  o2switch
2
0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x